Causes et conséquences de la perte de la conscience du péché

De la lettre du Père Daniel XVI.32 du vendredi 6 août 2021

Bons amis,

La troisième caractéristique de notre nature humaine est la suivante : nous sommes blessés par le péché. Nous sommes enclins à préférer ne pas affronter cet aspect.

Au milieu du siècle dernier, nous avons connu un mouvement très influent qui avait supprimé le mal et le péché dans sa vision de l’homme : la “psychologie humaniste“. Découvrir et vivre à partir de ses propres sentiments, sans tenir compte des valeurs morales, était essentiel. Les grands prêtres connus de ce mouvement étaient : le psychothérapeute américain Carl Rogers († 1987), le psychologue de la méthode “non-directive”, Abraham Maslow († 1970) et le prophète du développement personnel, le marxiste Erich Fromm († 1980). La découverte des sentiments personnels était pour eux la norme la plus élevée. Et si ce lobby de la franc-maçonnerie sioniste a réussi ! Puis il y a eu le célèbre pédiatre Benjamin Spock († 1998).  Il a enseigné aux mères comment elles devaient laisser libres leurs petits-enfants, car “il n’y a rien de mauvais en eux” et “ils apprendront par eux-mêmes“. Si votre enfant rampe de la chaise à la table et met son pied dans le pot de soupe et que vous avez du mal à le supporter, c’est votre problème, pas le sien. Il semblait très attrayant. Sa bourde psychologique a fait le tour du monde les décennies suivantes avec pas moins de dix millions d’exemplaires ! À la fin de sa vie, le Dr Spock a dû admettre qu’il avait engendré plusieurs générations de terroristes. Et le mouvement de la “psychologie humaniste” était si populaire que les prédicateurs des retraites, des journées de réflexion et des chapitres étaient remplacés par des psychologues experts du “counseling” : la recherche de ses propres sentiments.

Le résultat est que depuis les années 1970, en quelques décennies, les séminaires, les monastères et les églises se sont vidés de plus de la moitié. Un peu plus d’attention aux sentiments était peut-être une bonne chose à l’époque. Nous avons besoin d’un exposé solide et rationnel de notre foi, comme nous le trouvons dans le splendide “Catéchisme de l’Église catholique“. Mais nous avons aussi besoin d’allumer un cierge devant une statue de la Vierge, de nous agenouiller en silence dans une cathédrale et d’être émus par une valse d’orgue dont les sons roulent sur la voûte et font chanter tout l’espace sacré. La psychologie humaniste, cependant, avec sa vie émotionnelle personnelle sans reconnaissance de Dieu, du mal ou du péché, a finalement produit des résultats désastreux. Certains propagandistes de cette entreprise rentable ont admis plus tard qu’ils savaient eux-mêmes qu’ils étaient engagés dans un projet diabolique (1).

L’expérience quotidienne nous oblige à reconnaître qu’il y a une perturbation dans la société, dans le monde et aussi en nous-mêmes. Il y a la violence, le mensonge et la tromperie, la haine et le meurtre. Avec notre esprit humain, nous comprenons qu’il s’agit d’un véritable mal social. Pourtant, ce n’est que par la Révélation que nous pouvons comprendre ce que signifie réellement le “mystère de l’iniquité” et qu’il est bien plus que socialement nuisible. La révélation judéo-chrétienne nous enseigne que la cause est le péché.

Le premier livre de la Bible, la Genèse, indique clairement au chapitre 3 que Dieu a prévu une vie glorieuse pour l’homme, un paradis de communion avec Lui. L’homme peut manger en abondance de tous les arbres fruitiers, mais il doit reconnaître que Dieu est son Créateur, qui détermine en dernier ressort ce qui est bon et mauvais. L’homme a été créé par Dieu avec la raison et le libre arbitre et est maintenant invité à recevoir de Lui, en remerciement, la vie éternelle, l’amour et le bonheur. Cependant, l’homme se laisse séduire par le serpent rusé, Satan, un ange déchu, qui veut détruire le plan de salut de Dieu pour l’homme.  Il présente à la femme des mensonges et des illusions et lui fait croire que si elle ose se rebeller contre Dieu, elle ne mourra pas du tout mais deviendra l’égale de Dieu. La femme est tentée de l’extérieur et de l’intérieur. Ne se contentant plus d’être créée à l’image et à la ressemblance de Dieu, elle assume le désir du diable d’être Dieu lui-même. Après cela, l’homme est séduit par la femme et il s’empare à son tour de son désir. Au lieu de profiter des arbres fruitiers en abondance et de vivre joyeusement et humblement dans l’amour de Dieu, il mange lui aussi du fruit défendu et tend la main vers l’arbre de la connaissance du bien et du mal. C’est comme des parents qui créent un merveilleux terrain de jeu pour leurs enfants et leur disent de ne pas ouvrir le portail pour ne pas s’engager sur la route dangereuse, alors que les enfants nourrissent de la méfiance et pensent que leurs parents veulent en fait les priver du plaisir de la vie.

Les conséquences de cette terrible révolte contre Dieu sont lourdes. La fracture de la confiance et de l’amitié avec Dieu amènent vers une désintégration : L’homme est intérieurement fractionné, les relations sociales moisissent et l’harmonie avec la nature est rompue. Finalement seulement le diable (dit le serpent) et la terre sont sous la malédiction (Genèse 3,14 et 17). Immédiatement suit une promesse grandiose. Voilà la pédagogie divine dans toute l’histoire du salut. L’homme invoque sur lui-même le malheur par sa révolte envers Dieu, et en même temps Dieu donne une promesse supérieure. Nous appelons cette promesse le “proto-Évangile” : “Je mettrai une hostilité entre toi (le serpent, Satan) et la femme, entre ta descendance (hébreu : zerah = semence) et la sienne. Il t’écrasera la tête et tu lui écraseras le talon” (Genèse 3, 15). Eve deviendra la mère de “tous les vivants” (Genèse 3, 20). Un jour, un Sauveur naîtra dans la race humaine qui écrasera la tête du serpent. Il s’agit d’une référence à la naissance surnaturelle de Jésus-Christ de la vierge Marie. Une conception humaine ordinaire et naturelle a lieu par la rencontre d’un spermatozoïde mâle et d’un ovule femelle. On parle ici de la semence de la femme. Dans l’ordre naturel, la femme n’a pas de semence, qui vient d’un homme. Ainsi, le texte fait déjà référence à la naissance virginale miraculeuse de Jésus de Marie, reçue par l’Esprit Saint et non par une conception naturelle.

L’homme devra subir les conséquences de ses propres actes, qu’il a commis librement. Elles s’accompagnent de la peur, de la honte et de l’impuissance, dont l’homme ne peut se libérer. C’est le péché originel. Il ne s’agit pas de notre péché personnel mais de la nature, de l’état dans lequel nous sommes tous nés et auquel nous participons. Notre esprit et notre volonté sont corrompus. Nous n’avons plus la claire compréhension de la bonté de Dieu et notre volonté n’est pas spontanément orientée vers le bien. Nous développerons ce point dans une réflexion ultérieure et tenterons de comprendre ce que signifie “le mystère de l’iniquité”.

P. Daniel

(1) COULSON William, ‘Confession d’un psychothérapeute’, dans Le Cep nr. 14, janv.  2001, p. 54-69 ; et le prof. psychologie KILPATRICK William, « Du christianisme à la psychologie », dans Le Cep, nr. 15, avril 2001, p. 44-55.

N.d.l.r. les articles de Le Cep cités ici sont extrêmement intéressant pour nous donner une bonne idée des causes du malaise actuel et des contradictions dans l’Église catholique. On peut les lire directement aux adresses suivantes :

https://le-cep.org/revue-du-cep-numero-14/#post-5248-_Toc63198291

https://le-cep.org/archive/CEP_15.pdf . On choisit le chapitre : Du christianisme à la psychologie, de William Kirk Kilpatrick.

Geef een reactie

Vul je gegevens in of klik op een icoon om in te loggen.

WordPress.com logo

Je reageert onder je WordPress.com account. Log uit /  Bijwerken )

Google photo

Je reageert onder je Google account. Log uit /  Bijwerken )

Twitter-afbeelding

Je reageert onder je Twitter account. Log uit /  Bijwerken )

Facebook foto

Je reageert onder je Facebook account. Log uit /  Bijwerken )

Verbinden met %s