Foi, mythe et réalité dans le créationnisme et la théorie de l’évolution

Publication française: 30-09-2021

PARTIE I : Les histoires de la création, vues avec fidélité et réalisme

Introduction

Le créationnisme est encore assez faible dans le monde entier, mais semble gagner lentement mais sûrement du terrain (y compris dans des cercles intellectuels). Il est probable que de nombreux chrétiens croyants s’en réjouiront, mais je voudrais préciser d’emblée qu’il y a un grand danger qu’ils soient attirés dans le piège trompeur du « faux fondamentalisme »

Contrairement à l’opinion dominante, je considère certaines formes de « fondamentalisme » comme des contributions culturelles positives, qui peuvent avoir un effet d’élargissement et d’enrichissement dans un dialogue pacifique avec des dissidents. Le faux fondamentalisme, en revanche, est une forme de fanatisme qui met l’accent sur la lettre plutôt que sur l’esprit des préceptes et des textes et déplace l’attention sur des détails et des points de discorde qui, à y regarder de plus près, n’ont pas d’importance essentielle.

En tant qu’archéologue, j’ai enseigné la théorie de l’évolution pendant plusieurs années. Dans ce qui suit, j’essaie de corriger certaines idées fausses d’un point de vue personnel sur ce sujet très controversé. En premier lieu, les opinions religieuses ou exégétiques sont jugées et ensuite la valeur scientifique des arguments créationnistes et darwiniens est pesée. Étant donné que le sujet dont nous débâtons ici est si vaste et complexe, il ne sert à rien d’écrire quelques remarques laconiques. Certains passages de nature essentiellement scientifique peuvent être moins faciles à digérer pour les lecteurs qui sont moins familiers avec ce sujet. Le texte publié ici est une traduction, basée sur une série d’articles de ma main dans l’ancienne revue religieuse flamande Paradox, année 8, 3-6 et année 9, 1 (1999).

Foi et science

Avec ces deux domaines dans lesquels évolue la pensée humaine, la situation ressemble un peu à la séparation entre les pouvoirs de l’Église et de l’État : théoriquement, il ne semble pas si difficile de les délimiter clairement, mais dans la pratique, il n’est parfois pas clair dans quel domaine on se trouve. L’une des raisons en est la tendance de notre esprit à la simplification, ce qui d’une part contribue à rendre notre intellect plus dynamique, mais d’autre part conduit à la superficialité et le danger de confusions conceptuelles.

La foi et la science nous fournissent des éléments pour mieux saisir la réalité. La science nous donne un aperçu des aspects externes ou observables, avec des questions du type « comment? où? et quand? ». De son côté, la foi satisfait notre soif d’un champ de connaissance beaucoup plus fondamental et nous fournit des réponses à des questions du type « pourquoi ? », qui nous disent quelque chose sur l’intérieur et le sens de la réalité.

En tant que personnes limitées dans le temps, nous cherchons dans la foi le contact avec Dieu, qui est au-dessus et en dehors du temps, qu’Il a lui-même créé et sur lequel Il peut intervenir librement. Cependant, notre capacité de raisonnement ne peut pas imaginer l’intemporalité ou dire quoi que ce soit de significatif à ce sujet ; même les temps extrêmement longs ou courts sont incompréhensibles pour nous. De plus, notre cerveau lui-même a besoin de temps pour traiter ou comprendre quelque chose et avec le temps, nous oublions beaucoup de choses qui ne se répètent pas régulièrement. Donc, pour comprendre quelque chose de l’être de Dieu ou de ses actions créatrices, nous ne pouvons pas faire grand-chose avec nos capacités intellectuelles, si nous ne faisons pas appel à une logique intérieure intemporelle que le Créateur a gravée en nous.

Par conséquent, il n’est pas surprenant que l’écart qui sépare les visions créationnistes et évolutionnistes soit essentiellement un décalage temporel. La théorie de l’évolution s’appuie sur des observations scientifiques – donc limitées dans le temps – et jongle avec des millions d’années.  Le créationnisme est basé sur la Bible, un texte religieux qui nous enseigne les valeurs et les vérités éternelles et intemporelles qui animent et régissent la réalité, et il part des textes bibliques pour réduire l’âge de tout ce qui existe à quelques milliers d’années.  

Lorsque la théorie de l’évolution elle-même évolue d’une hypothèse scientifique à un dogme évolutionniste, ou lorsque l’on donne à l’évocation de la création biblique un statut scientifique, dans les deux cas, on se retrouve dans un no man’s land marécageux traître. Après tout, on peut violer la scientificité dans deux directions : soit en abuser au service d’une doctrine, soit revêtir de force une « vérité » présupposée de scientificité. La science positive pure se concentre uniquement sur des expériences reproductibles et des faits perceptibles et vérifiables avec les sens humains.

Considérons d’abord ce que nous pouvons dire dans ce contexte de manière rationnelle, donc scientifiquement justifiée, à propos de :

La Bible et le livre de la Genèse

D’un point de vue chrétien, la Bible est la collection de textes d’écrivains inspirés par Dieu, enregistrés et transmis par les Israélites, les Juifs et enfin les Chrétiens.

Dans les expositions exégétiques, le livre de base de la plus grande communauté religieuse du monde est régulièrement associé aux mythes orientaux, tels que l’épopée Gilgamesh et Enoema Elish, ainsi qu’aux vues et coutumes des peuples qui entouraient Israël. Cependant, la Bible dans son ensemble a un caractère unique et plutôt réaliste. Les passages au style mythique sont principalement situés dans les parties qui traitent du passé le plus lointain. Plus les histoires sont récentes, plus les descriptions deviennent réalistes et détaillées. Mais même les histoires de la création ont un style qui ne peut pas être décrit comme mythologique à cent pour cent.

Lorsqu’on évalue un texte, il faut d’abord partir de son intention. Les textes bibliques sont généralement écrits dans un style réaliste et ne peuvent donc pas, à mon avis, être simplement rejetés comme des mythes, mais nous ne devrions pas non plus les traiter comme des récits historiques. Une « histoire » au sens moderne du terme, avec des critères d’objectivité scientifiquement acceptés, était inconnue à cette époque. Peu de gens pouvaient écrire alors et lorsqu’ils écrivaient, ils avaient un objectif pratique, idéologique ou narratif concret en tête.

Toute étude biblique sérieuse, croyante ou non, doit conclure que l’intention principale des auteurs n’était pas de donner un récit chronologique distant des événements du passé de leur peuple, mais de nous dire quelque chose de l’Être Suprême transcendant dont ils n’étaient pas autorisés ou n’osaient prononcer le nom à haute voix. Dans leurs textes, il est écrit comme YHWH. Probablement ce nom devrait être prononcé comme Yahvé, ce qui signifie « Il est » (voir aussi la révélation de Dieu dans Exode 3,14 : « Je suis celui qui suis »). Les auteurs bibliques étaient surtout intéressés dans la relation entre ce Dieu unique et les hommes – et plus particulièrement avec leur propre peuple élu – et c’est ce dont traite tout le livre.

Les auteurs des textes bibliques ont livré leur message autant que possible sur la base d’événements concrets de la tradition, à l’origine largement orale, de leurs ancêtres. Quand ils ont parlé des premiers temps, les données disponibles sont devenues si rares et vagues qu’ils ont été forcés de recourir à un récit narratif plus mythologique. Cela a donné aux faits concrets un caractère en grande partie symbolique.

Un mythe peut être comparé à un rêve : des éléments du temps et de l’espace sont mélangés, de sorte que les limites du possible sont déplacées, mais l’histoire qui en résulte peut aussi être le porteur subtil d’un message. Parfois le mythe a aussi quelque chose d’une œuvre d’art, dont le créateur laisse à l’amateur d’art ou au commentateur le soin de distiller ou de décoder ce qu’il voulait exprimer exactement. Les histoires bibliques de la création ne sont pas seulement des rêves et des œuvres d’art d’après leur forme. Ils traitent des vérités les plus profondes plongées dans le rêve de Dieu avec l’humanité et de l’immense œuvre d’art qu’il a créée.

Le caractère à prédominance mythologique des récits de la création n’est pas seulement apparent par son style et son design, mais aussi par les représentations concrètes et l’ordre chronologique utilisé. Le premier acte de la création de Dieu est de séparer la lumière des ténèbres et de créer sur cette base un « jour », alors qu’Il ne crée pas le soleil avant le quatrième jour, sans lequel un « jour » en tant que période n’existe pas. Le septième jour, Dieu s’est « reposé », bien que l’image d’un Dieu fatigué soit difficile à concilier avec celle d’un Créateur tout-puissant et intemporel. Dans la première histoire de la création, Yahvé crée d’abord les animaux, puis l’homme en en tant que mâle et femelle. Dans l’histoire suivante, Il crée d’abord Adam, puis les animaux, puis la femme. Un aspect étonnant du premier chapitre de la Genèse sont les éléments de création cités, qui, lorsqu’ils sont réarrangés, peuvent sans aucun problème être utilisés dans un résumé simplifié des vues dominantes actuelles sur l’origine du cosmos, de la terre et de l’évolution des premières formes de vie. Qu’un simple peuple de bergers errants puisse être porteur d’une connaissance et d’une sagesse qui dépassent de loin ce qui nous a été laissé par la littérature des grandes cultures qui les entouraient, doit être un mystère inexplicable pour beaucoup de rationalistes. 

Geef een reactie

Vul je gegevens in of klik op een icoon om in te loggen.

WordPress.com logo

Je reageert onder je WordPress.com account. Log uit /  Bijwerken )

Google photo

Je reageert onder je Google account. Log uit /  Bijwerken )

Twitter-afbeelding

Je reageert onder je Twitter account. Log uit /  Bijwerken )

Facebook foto

Je reageert onder je Facebook account. Log uit /  Bijwerken )

Verbinden met %s