Jean-Paul II le Grand

CHAPITRE 3

La doctrine de Jean-Paul II est comme le miroir de toute sa vie. Il est impossible d’approfondir son héritage spirituel entier dans ces quelques propos. C’est en fait ce que l’on veut faire dans plusieurs centres théologiques, érigés partout dans le monde expressément pour ce but. Ce que nous voulons est souligner vigoureusement la profondeur et l’étendue de sa doctrine, pour que le feu de la Foi, qui était en lui, puisse également nous enflammer.

Le jour de son intronisation déjà, il prononçait ceci : “N’ayez pas peur“. Il propageait ce qu’il vivait. Et immédiatement, il commença à développer sa propre petite « Summa Theologica ». Sa source était la Sainte Trinité, origine et but final de tout. Il savait que toute force vitale partait de là.

Sa première encyclique « Redemptor Hominis » de 1979 était la déclaration de son programme. Le mystère de la Trinité commence avec le mystère du Christ, de sa Passion et de la Rédemption. En ce moment-là il envisageait déjà le troisième millénaire. Il préconise que l’Eglise du nouvel Avent sera également l’Eglise de deux sacrements extraordinaires : l’Eucharistie et la Pénitence. Il prêche le Christ comme le Rédempteur de tous les hommes, le cœur de l’histoire et le centre de l’univers. Entre-temps, il a visité une première fois sa patrie aimée sous un énorme intérêt public.

Puis, suit l’encyclique sur la charité de Dieu le Père « Dives in Misericordia » de 1980. Dans notre monde durci, le Père miséricordieux est devenu le grand inconnu. Le monde se rallie à un père de puissance et oppression, mais le Père du Christ est Celui qui souffre avec le monde en pleine tendresse, ce qui se manifeste dans la mort du Christ sur la sainte Croix. La justice seule ne suffit pas, dit le Pape. Il y a une grande nécessité d’amour qui a sa source dans le cœur du Père et qui est la marque vivante pour tout Chrétien.

Le Pape termine sa trilogie en écrivant son encyclique sur le Saint Esprit « Dominum et vivificantem » en 1986. Dans cette encyclique, le Pape témoigne de la force du Saint Esprit, de l’espérance du cœur humain et de la source d’un renouveau authentique. Le Saint Esprit donne preuve de ce qu’est le péché, la justice et le jugement (Jean XVI,8). Comme un bon avocat, Il montre clairement la différence entre vérité et mensonge, entre le bien et le mal. Il donne également la sagesse et la force pour vaincre le mensonge et le mal dans toutes ses formes, comme le matérialisme, la force des armes, la pauvreté, la famine, l’avortement et l’euthanasie, la manipulation inhumaine de la vie…

L’encyclique sur la Mère du Rédempteur, « Redemptoris Mater » de 1987, se rattache aux précédentes. Marie est un miroir au sens double : d’une part, nous voyons en elle la grandeur de Dieu même et d’autre part, nous retrouvons en elle la grandeur que Dieu veut donner à chacun de nous. C’est à elle que Jean-Paul II s’est entièrement consacré : Totus Tuus était sa devise papale. Marie est également la première à être reçue pleinement dans le cœur de la sainte Trinité. Plus tard, il écrira encore une lettre apostolique sur le rosaire, « Rosarium Virginis Mariae » (16 octobre 2002). Il rajouta cinq nouveaux mystères au rosaire pour glorifier le Christ à travers l’Evangile et à travers le cœur de Marie. Il y voyait un moyen concret pour appuyer la nouvelle évangélisation, pour suivre le chemin de la Foi à côté de Marie. C’est dans cette lumière que nous devons comprendre cette autre lettre apostolique sur la personne et la mission de Saint Joseph dans la vie du Christ et dans la vie de l’Eglise (Redemptoris Custos , de 1989). Par sa serviabilité et son humilité, Joseph est le patron de la vie intérieure et de l’Eglise universelle.

Dans tous ces documents, nous retrouvons tout ce que Jean-Paul II développera dans ses écrits suivants. La lettre apostolique « Tertio Millenio adveniente » de 1994 est un plaidoyer passionné pour faire resplendir la foi chrétienne lors du passage vers le troisième millénaire, et de mettre le grand jubilé 2000 à la lumière de la Trinité. Chacune des années précédentes fut placée sous le signe de l’une des Personnes Divines, pour nous faire vivre plus intensément en communion avec le Père, le Fils et le Saint Esprit. Au début du millénaire, il écrit une prière passionnée pour contempler la face du Christ et pour glorifier la Trinité comme origine et but final de tout (Tertio Millenio ineunte, de 2001). Il contemple la Face du Seigneur dans son enfance, sa jeunesse, comme adulte, comme enseignant, comme celui qui prie, qui prêche, souffre, meurt et ressuscite.

Le pape vivait de l’Eucharistie et comprenait que celle-ci fait vivre l’Eglise. Chaque année, il écrivait une lettre à ce sujet le Jeudi Saint, spécialement à l’attention de ses prêtres et de ses évêques. Le point culminant est certainement sa dernière encyclique « Ecclesia de Eucharistia » de 2003, une sorte de testament spirituel, dans laquelle il rend à Marie sa juste place. Comme Marie a collaboré par son approbation à l’Incarnation, nous pouvons collaborer avec notre « amen » en acceptant la Communion à l’Incarnation perpétuelle de Dieu en nous.

Dans cette entité théologique assez bien élaborée, le pape a su maintenir une croyance simple et enfantine. Quand il était déjà sévèrement handicapé et avait beaucoup de peine pour se déplacer, il rendit visite à une paroisse romaine. Il vit un petit garçon qui regardait sa canne avec de grands yeux. Il demanda au garçon : Pourquoi le pape porte–t-il une canne ? On voyait que le pape voulait dire quelque chose sur le vieillissement et la maladie, mais le garçonnet répondit : Parce que vous êtes le pasteur ! Très touché, le pape répliqua : Ta foi est plus grande que la mienne !

Geef een reactie

Vul je gegevens in of klik op een icoon om in te loggen.

WordPress.com logo

Je reageert onder je WordPress.com account. Log uit /  Bijwerken )

Google photo

Je reageert onder je Google account. Log uit /  Bijwerken )

Twitter-afbeelding

Je reageert onder je Twitter account. Log uit /  Bijwerken )

Facebook foto

Je reageert onder je Facebook account. Log uit /  Bijwerken )

Verbinden met %s