La crise du mariage

05-10-2021

“Marriage as a social institution exists to regulate sexual activity between men and women for the good of society and the next generation.” (Steven D. Greydanus)

La légalisation du mariage homosexuel en Suisse est l’occasion de traiter plus profondément la crise et la redéfinition du mariage, telle que nous l’avons vu se produire dans la sphère d’influence occidentale au cours des vingt dernières années.

Je me base en grande partie sur une série d’articles publiés sur https://www.ncregister.com et écrits par Steven D. Greydanus. Le résumé de ces articles se trouve sur Redefining Marriage, Part 10: Defending Marriage| Registre national catholique (ncregister.com).

Le mariage homosexuel n’est qu’une manifestation plus récente d’un démantèlement progressif du mariage, dans une société de plus en plus caractérisée par la monogamie en série, la cohabitation non mariée, les enfants nés et élevés hors mariage, l’insémination artificielle et la FIV, la pornographie, l’avortement et la contraception.

La racine du problème est principalement la contraception. Une culture contraceptive est une culture du divorce, de la cohabitation non mariée et de la pornographie. Le mariage homosexuel est inévitable dans une culture contraceptive, car une culture contraceptive ne comprend pas ce qu’est un mariage et même pas ce qu’est la sexualité. Dès qu’on accepte la déconnexion de l’union physique et de la fertilité, le reste est une bataille perdue d’avance. En plus, il y a les méthodes artificielles de reproduction, qui présentent les enfants comme des produits que nous devrions pouvoir commander quand nous le voulons.

Une fois que la sexualité est déconnectée de la fertilité, il devient beaucoup plus difficile de comprendre pourquoi elle doit être accompagnée d’un engagement ferme. Si la sexualité fait référence à une grossesse possible, alors la sexualité est un acte important qui conduit à une responsabilité conjointe à long terme et qui relie les deux parties en fonction d’une éventuelle progéniture. Mais si la sexualité est déconnectée de la procréation, alors cet engagement n’est pas si nécessaire. Elle peut être considérée comme une simple période probatoire, ou même simplement comme une détente. Donner et partager passent à l’arrière-plan. Le plaisir et la satisfaction viennent au premier plan. Le mariage n’est plus une question d’ouverture à la vie. Les couples se marient alors pour la compagnie et la satisfaction de chacun, sans avoir l’intention de partager leur fertilité l’un avec l’autre. Il n’est donc plus clair pourquoi le mariage doit être une union fixe. Il n’y a alors plus de raison évidente de rester ensemble lorsque cette satisfaction n’est plus atteinte.

Lorsque cette attitude s’établit, il devient également plus probable que l’on quitte un mariage, même s’il y a des enfants. Le sens social de la sexualité et du mariage est remplacé par une interprétation individualiste et égocentrique. Et à partir d’une telle attitude individualiste, il n’est plus clair pourquoi on devrait sacrifier sa propre quête de satisfaction et de bonheur– simplement parce qu’il y a des enfants.

Au fil du temps, l’idée qu’un mariage échoue en raison de la faute de l’un des partenaires semblera cruelle. Il doit alors être considéré comme suffisant de simplement mentionner qu’il existe des différences inconciliables. Le divorce sans culpabilité devient d’abord concevable, puis la norme, par laquelle chaque partie peut obliger l’autre à divorcer à tout moment, sans qu’il y ait une chance d’aller à l’encontre de cela. Cette nouvelle liberté conduit à un affaiblissement supplémentaire de l’engagement conjugal et de l’idéal du mariage.

La possibilité d’une grossesse est de plus en plus considérée comme une menace pour la propre liberté et la recherche de développement personnel. La contraception est donc vécue comme nécessaire. Et quand elle échoue, l’avortement est la prochaine solution. Satisfaire ses besoins est devenu la norme et l’autre personne devient un moyen d’y parvenir. Les arguments contre la pornographie n’ont aucun sens dans une telle culture.

Finalement, le nombre de divorces diminuera, en grande partie parce que le mariage lui-même est devenu largement superflu et que les couples vivent ensemble sans être mariés. Dans une telle culture, de plus en plus d’enfants grandiront dans des familles monoparentales. Une conséquence incontournable de cette évolution, qui doit être reconnue par la société, est la disparition de la paternité. Les conséquences sociales de cette situation sont incontestables, mesurables et dévastatrices. Pauvreté et besoins d’assistance sociale, maladies et mortalité infantiles, mauvais résultats scolaires et décrochage scolaire, abus de drogues et d’alcool, criminalité et emprisonnement augmentent fortement si aucun père n’est présent avec des enfants en croissance.

S’il n’y a pas de père, les jeunes hommes deviennent plus agressifs, font preuve d’un manque d’empathie et maltraitent plus facilement les femmes. Les jeunes femmes sont plus susceptibles de développer un trouble de l’alimentation et d’avoir d’autres problèmes psychologiques et des relations malsaines avec les hommes. Les deux sont plus susceptibles avoir des enfants hors mariage et de continuer le cercle vicieux de l’absence de père.

La crise du mariage est bien plus grande que la question du mariage homosexuel. Le vrai problème est l’évolution du comportement hétérosexuel. Les problèmes sociaux associés au comportement hétérosexuel sont des problèmes conjugaux. Ce sont des problèmes pour lesquels le mariage stable a toujours été la solution appropriée. Le fait que le mariage homosexuel ne soit que concevable, qu’il soit de plus en plus formulé comme un droit, est à la fois un symptôme du problème croissant du mariage dans notre culture et un obstacle à la reconquête d’une culture conjugale saine.

Malgré les différences dans les coutumes et les lois matrimoniales à travers les époques, il est clair qu’une constante demeure. Il s’agit toujours d’une relation entre l’homme et la femme. On a essayé de trouver des exemples de mariages homosexuels dans l’histoire, comme un empereur romain qui épouse un esclave mâle, ou certaines coutumes dans des cultures africaines. Mais à y regarder de plus près, aucun d’entre eux n’est un véritable précédent pour un mariage neutre du point de vue du genre, tel que nous le connaissons maintenant dans la culture occidentale, et le caractère universel du mariage en tant que lien entre un homme et une femme a traversé les siècles.

Toutes sortes d’aspects du mariage peuvent être mis en évidence, mais ce qui démontre fondamentalement son importance est le simple fait que les relations sexuelles entre hommes et femmes peuvent conduire à la naissance d’enfants et que les enfants ont besoin de soins intensifs et d’une éducation pendant des années, jusqu’à ce qu’ils puissent prendre soin d’eux-mêmes. Il s’ensuit qu’il est important de réguler l’expérience sexuelle entre l’homme et la femme en fonction du bien-être de la société et de la prochaine génération.

Le mariage suppose donc une restriction de l’activité sexuelle. Sans contrainte coercitive, les hommes se comporteraient rarement de manière monogame. La débauche est une stratégie très efficace pour l’homme pour se reproduire et lui offre de plus beaucoup de plaisir. Mais cela est beaucoup moins avantageux pour les femmes impliquées qui portent leurs enfants. C’est aussi un problème pour la famille au sens large et la société lorsqu’il faut s’occuper d’enfants sans père. L’idéal est que le père et la mère travaillent ensemble pour élever les enfants qu’ils mettent au monde. Les cultures ont donc toujours découragé dans une certaine mesure les rapports sexuels en dehors d’une relation reconnue et stable. On veut empêcher les hommes d’avoir librement des rapports sexuels avec un nombre illimité de femmes. La santé du mariage en tant qu’institution sociale est directement liée à ce mécanisme social, qui rend les rapports sexuels en dehors du mariage plus difficiles.

Un argument que les partisans du mariage homosexuel utilisent constamment est que les couples infertiles sont autorisés à se marier. Cependant, il a toujours été le cas que l’infertilité est difficile à prévoir. C’est pourquoi il est toujours préférable pour une société de considérer toute relation entre hommes et femmes comme « potentiellement fructueuse ». Il est même avantageux de traiter les couples âgés de la même manière. Outre le fait que les couples âgés peuvent être mariés, pour la simple raison que tout couple marié vieillit, le fait de refuser aux personnes âgées la possibilité de se marier saperait l’éthique sociale du mariage en tant que contexte approprié pour les rapports sexuels entre l’homme et la femme. On donnerait, pour ainsi dire, le mauvais exemple aux jeunes, si l’on pouvait avoir des relations sexuelles libres dans la vieillesse sans être marié.

En résumé, plus une culture s’en tient à une règle simple et claire selon laquelle les hommes et les femmes doivent être mariés pour avoir des relations sexuelles, plus le mariage en tant qu’institution sociale de cette culture sera sain.

Cependant, en raison de l’utilisation massive de la contraception, la sexualité en dehors du mariage n’est plus aussi problématique qu’auparavant. Cela rend le mariage en tant qu’institution sociale moins important pour la société. Les relations avant le mariage, la cohabitation non mariée et le divorce ont considérablement augmenté, faisant grandir un grand nombre d’enfants sans père, avec toutes les conséquences négatives de cela.

Le mariage est ainsi devenu une institution sociale sans mission reconnue. Une institution que nous maintenons, mais que nous ne comprenons plus. Beaucoup ne voient même pas l’intérêt de se marier. Avec la valeur du mariage, la fidélité et la continuité du mariage sont également de plus en plus remises en question. Les relations ouvertes et le polyamour deviennent progressivement plus acceptables.

Le mariage est ainsi perçu plus comme quelque chose d’individualiste que comme quelque chose de social. Il est considéré comme un droit et les droits appartiennent à tous. Cependant, nous ne savons plus pourquoi le mariage existe, parce que nous avons affaibli ou rompu les liens entre sexualité et enfants, sexualité et mariage, sexualité et union, mariage et enfants, mariage et union, enfants et union.

L’utilisation généralisée de la contraception est à la base de cela. La contraception a donné à chacun la possibilité de faire l’expérience de la sexualité et de se marier sans avoir une ouverture aux enfants. La contraception a ainsi fait en sorte que la sexualité sans mariage et même sans engagement soit devenue socialement acceptable. Cela contribue à la normalisation de l’expérience sexuelle sans engagement, à la cohabitation non mariée et au report continuel du mariage. La contraception a également réduit le tabou contre l’adultère. Et la possibilité d’un mariage sans enfants a affaibli encore plus le lien entre le mariage et l’union, puisque le mariage ne suppose plus un projet commun à long terme, dans lequel les enfants sont élevés. La fécondation artificielle est un facteur supplémentaire. Elle ouvre la porte aux enfants sans mariage, c’est-à-dire sans la présence d’un père.

Néanmoins, beaucoup ont encore le désir de se marier. Le mariage est encore accompagné d’une forme d’approbation culturelle. Même si la cohabitation non mariée est très acceptée, le mariage a maintenu un certain charme. Ainsi, notre culture célèbre quelque chose qui n’est pas compris et les gens aspirent à quelque chose dont ils ne savent pas ce que c’est. Cela conduit à sa redéfinition.

Les personnes ayant une orientation homosexuelle grandissent dans une culture positive à propos du mariage. Ils voient les mêmes films romantiques que tout le monde et comment leurs pairs célèbrent leurs mariages. Cependant, ils voient aussi le mariage comme une expression de l’hétéronormativité et ils vivent cela comme quelque chose qui les opprime. Le désir de mariage entre personnes de même sexe s’explique ainsi logiquement, d’une part par le désir de participer à quelque chose de positif dans la société et d’autre part comme un moyen de parvenir à l’égalité. En raison de la perte de sens du mariage, il semble normal que l’on puisse simplement lui donner un nouveau sens.

La conclusion que j’en tire est que ceux qui sont encore conscients de la valeur du mariage et de l’importance du lien entre le père, la mère et les enfants doivent donner le bon exemple. Pas de rapports sexuels avant ou en dehors du mariage, pas de pornographie, pas de procréation assistée, pas de contraception mais une planification familiale naturelle (PFN), fidèles les uns aux autres dans les bons et les mauvais jours. Il y a des plaintes régulières sur les effets secondaires de la contraception. Cela offre l’occasion de proposer l’alternative de la NFP et, espérons-le, d’arriver à une prise de conscience renouvelée du lien entre la sexualité et la fertilité.

Le christianisme (et d’autres religions) ont encore largement conservé une vision solide du mariage en tant qu’union entre un homme et une femme. Il doit donc y avoir une impulsion de la part des religions, pour revaloriser davantage le mariage dans la société comme le bon contexte pour l’expérience de la sexualité. Pour cela, il ne faut pas tant s’appuyer sur une révélation divine, mais sur la loi de la nature. Le fait est que l’importance du mariage peut être déduite de la nature de notre être humain. Il peut être expliqué rationnellement comme important pour tout le monde, quelle que soit la religion.

Plus précisément, une réévaluation d’Humanae Vitae, l’encyclique du pape Paul VI sur la contraception, est certainement à l’ordre du jour. Il faut arrêter de toujours penser que Rome, le Vatican, sont dépassés, trop conservateurs, et ainsi de suite. Il faut oser être plus critique à l’égard de l’esprit du temps, de l’esprit du monde, dans lequel les gens se laissent facilement emporter par de nouvelles théories, tendances et inventions, comme s’il s’agissait toujours de progrès. A cet égard, il est essentiel qu’au moins les évêques donnent l’exemple. Lorsqu’ils expriment au contraire leur respect et leur appréciation pour le mariage civil homosexuel et sont en colère contre les instructions de Rome qui ont été approuvées par le Pape, ça devient difficile pour les laïcs ordinaires d’envoyer un signal fort à la société dans son ensemble que certaines normes et valeurs sont encore importantes.

C’est pourquoi j’en appelle également aux évêques belges. S’il vous plaît, ne vous laissez pas emporter par les idées populaires qui ont leurs origines dans la poursuite de la libération sexuelle totale par la contraception et l’avortement et qui, en égalisant l’homosexualité et l’hétérosexualité, présentent également le lien entre sexualité et fertilité comme accessoire. Soyez un pasteur de l’Église catholique romaine, au lieu d’un mercenaire d’une église d’État libérale de gauche.

D.B.

Geef een reactie

Vul je gegevens in of klik op een icoon om in te loggen.

WordPress.com logo

Je reageert onder je WordPress.com account. Log uit /  Bijwerken )

Google photo

Je reageert onder je Google account. Log uit /  Bijwerken )

Twitter-afbeelding

Je reageert onder je Twitter account. Log uit /  Bijwerken )

Facebook foto

Je reageert onder je Facebook account. Log uit /  Bijwerken )

Verbinden met %s