La valeur scientifique des théories de Sigmund Freud

Sigmund Freud a développé une forme de psychothérapie il y a plus d’un siècle, connue sous le nom de « psychanalyse ». On y suppose que les problèmes psychologiques sont souvent le résultat de désirs (en particulier de nature sexuelle) qui sont refoulés vers le « subconscient ». Ces refoulements provoquent alors des complexes (par exemple le complexe d’Œdipe), qui, à un stade ultérieur, influencent négativement l’action consciente, entraînant, entre autres, des états de peur, des névroses et d’autres troubles psychologiques. Pour y remédier, le psychanalyste utilise des conversations dans un état détendu et des explications de rêve.

Bien que les théories de Freud aient exercé une grande influence sur les conceptions intellectuelles de son temps (et le font encore), on peut dire que leur importance et leur crédibilité scientifique ont été considérablement réduites entre-temps. Mais comme les travaux sur ce sujet sont encore largement disponibles dans de nombreuses bibliothèques universitaires et autres, ils continuent de jouer un rôle qui peut encore égarer beaucoup de gens. Dans la lettre suivante, le père Daniël Maes donne un bref aperçu des réserves sur cette pseudoscience, qui était même considérée par certains comme une nouvelle base de pensée appropriée pour remplacer les idées culturelles judéo-chrétiennes « obsolètes ».

De la lettre XVI.31 du Père Daniel, du vendredi 30 juillet 2021

Chers amis,

Chaque être humain est créé à l’image de Dieu, avec un désir (sur terre) insatiable de Dieu.  Saint Augustin l’a parfaitement compris et vécu. Voici maintenant un exemple négatif.

Sigmund Freud (1856-1939) était un neurologue autrichien et le fondateur de la psychanalyse. Selon lui, la pulsion sexuelle est à peu près la pulsion primaire la plus importante et les désirs sexuels refoulés sont la cause de problèmes psychologiques, qu’il a diligemment “analysés”.  Non seulement ses théories ont été enseignées dans les universités, mais elles ont également exercé une grande influence dans la vie quotidienne. Des lapsus ou des gestes inconscients étaient souvent interprétés comme des besoins sexuels refoulés. Son influence a également pénétré les arts, comme avec l’écrivain français André Breton († 1966), le fondateur du “surréalisme”. Le surréalisme cherche à exprimer l’invisible en représentant le non/subconscient. Saviez-vous que les horloges molles et délabrées peintes par Salvator Dali en 1931 indiquent l’impotence ? (C’est ainsi que j’ai été informé par un “expert en art” moi-même !) L’influence de Freud est et reste grande. Il était et est toujours considéré par certains comme l’un des plus grands scientifiques.

Des critiques virulentes ont été formulées dans divers milieux.  L’auteur britannique Richard Webster († 2011) affirme que l’hystérie n’a aucune origine psychologique, comme le prétend Freud, mais qu’elle est le résultat de lésions cérébrales.  L’ancienne psychanalyste Alice Miller († 2010) rejette radicalement la théorie et la pratique psychanalytiques, qu’elle juge inadaptées à la découverte des véritables causes des souvenirs traumatiques. Selon elle, cela tend à dissimuler les véritables abus sexuels. Enfin, le sociologue et historien néerlandais, le professeur Han Israëls, a démasqué Sigmund Freud, spécialement dans son étude approfondie : De Weense kwakzalver. Honderd jaar Freud en de freudianen, Amsterdam, Bakker, 1999. (Le charlatan viennois. Cent ans Freud et les freudiens). L’une des patientes les plus célèbres de Freud est Anna O, pour laquelle le Dr Jozef Breuer, maître de Freud, avait conçu une cure de parole (“thérapie de conversation”) sous hypnose. Freud a trouvé cela si merveilleux qu’il a écrit un livre à ce sujet avec Breuer. Il a présenté le traitement comme un grand succès thérapeutique et a affirmé qu’elle était partie en vacances après. Pour lui, c’était à peu près le point de départ de sa psychanalyse. En fait, le traitement s’est arrêté parce qu’elle a dû être internée dans un asile d’aliénés. Son vrai nom était Bertha Pappenheim, une militante juive contre la traite des femmes. Un autre patient célèbre est « l’homme-loup » (Sergei Konstantinovich Pankejev), que Freud cite comme preuve du succès de sa méthode. Cependant, à l’âge de 80 ans, cet homme était toujours le névrosé compulsif qu’il était au début du traitement.

Freud donne des descriptions détaillées de personnes célèbres. De Leonardo da Vinci, il dit qu’il est homosexuel de façon latente, ce pour quoi il s’appuie sur un prétendu passage autobiographique, dont Freud savait pertinemment qu’il était truqué. Les recherches approfondies de Han Israëls donnent des résultats qui défient toute imagination. Sigmund Freud et le chirurgien berlinois Wilhelm Fliess ont brièvement nourri l’idée excentrique que certains problèmes sexuels pouvaient être résolus par une opération du nez. Freud envoie la jeune patiente Emma Eckstein chez le chirurgien. Après l’opération, Fliess laisse des pansements de gaz dans la plaie de sorte qu’elle ne guérisse pas et continue à saigner. Dans sa correspondance avec le chirurgien, Freud affirme que l’hémorragie est causée par les désirs inconscients de son patient (“hémorragie de désir” !). Dans la correspondance que sa fille Anna publie en 1950, tous les passages gênants sont soigneusement supprimés.

La conclusion du prof. Israëls est fortement soutenue. Sigmund Freud était un fraudeur, un menteur. Les quelques faits qu’il a présentés ont été fabriqués ou manipulés. La façon dont il traitait les patients était irresponsable et contraire à l’éthique.  La grande influence de Freud dans la société moderne ne l’empêche pas d’être un mythomane et ses travaux pseudo-scientifiques du charlatanisme.

Voici une histoire vraie qui le confirme. Une jeune femme est admise dans un institut psychiatrique flamand réputé, qui est encore dirigé par des religieux et dont la directrice est une religieuse. La jeune femme a une relation malheureuse avec sa mère et souffre d’anorexie. Elle demande à être libre pendant le week-end car elle aimerait rendre visite à un prêtre, sans dire pourquoi. Il y a des années, elle et sa famille avaient participé à une retraite familiale avec ce prêtre, qui l’avait beaucoup impressionnée. Chaque fois qu’elle avait des moments difficiles, elle écrivait une longue lettre à ce prêtre. Le psychiatre et le personnel soignant ont fortement soupçonné qu’elle avait une relation sexuelle avec lui, ce qui n’était nullement le cas. Pendant des semaines, elle a été mise sous pression pour admettre qu’elle avait une relation avec cet homme. Elle a continué à nier et à garder le silence.  Lorsqu’après une longue période, elle a été autorisée à rentrer chez elle pour le premier week-end, elle est allée directement voir ce prêtre. Elle était consciente de ses péchés graves et voulait se confesser pour recevoir le sacrement de la réconciliation. Elle a été pardonnée et est revenue soulagée et heureuse. Peu de temps après, elle a été libérée de la psychiatrie. Elle a enregistré son histoire et le bénéfice du sacrement de la réconciliation en détail sur une cassette et l’a donnée à la sœur directrice de l’institut psychiatrique, qui n’a pas réagi.

Cela montre que certains psychiatres ont encore besoin d’être libérés des illusions freudiennes. Leur psychologie des profondeurs manque de hauteur, comme l’enseigne Victor Frankl († 1997).  Ils doivent comprendre que la réalisation de certaines valeurs et le fait de donner un sens à sa vie, sont plus importants que la satisfaction des pulsions sexuelles.  Cela contribue aussi davantage à notre santé mentale. Le fait que cela nécessite des efforts et des souffrances est tout à fait humain et bon. Il peut renforcer le sens des responsabilités. Chercher l’accomplissement de soi simplement en satisfaisant nos désirs de luxure mène à la frustration. Nous sommes appelés à nous transcender et le reste nous est donné. Un œil qui veut se voir lui-même est malade. Avec nos yeux, cependant, nous pouvons jouir d’un panorama et des personnes qui nous entourent. Nous y reviendrons plus tard.

Pour conclure les deux méditations précédentes, nous pouvons dire : bien que la pulsion sexuelle dans une vie humaine puisse parfois être très forte, elle n’est pas notre aspiration la plus profonde et un Saint Augustin est pour nous un bien meilleur guide pour une vie heureuse qu’un Sigmund Freud. La prochaine fois, nous poursuivrons avec la troisième caractéristique de notre nature humaine : nous sommes blessés par le péché.

P. Daniel  

Geef een reactie

Vul je gegevens in of klik op een icoon om in te loggen.

WordPress.com logo

Je reageert onder je WordPress.com account. Log uit /  Bijwerken )

Google photo

Je reageert onder je Google account. Log uit /  Bijwerken )

Twitter-afbeelding

Je reageert onder je Twitter account. Log uit /  Bijwerken )

Facebook foto

Je reageert onder je Facebook account. Log uit /  Bijwerken )

Verbinden met %s