Le mystère de l’Eucharistie

Le Père Norbertin flamand Daniel, qui réside dans un monastère syrien et prend la parole aussi ailleurs dans nos sections, a envoyé quatre lettres dans lesquelles il nous initie au secret le plus précieux de la foi chrétienne. Il traite de divers aspects dans leur contexte biblique et historique et à la lumière de la doctrine catholique.  L’Eucharistie est un mystère auquel nous ne pouvons avoir accès qu’avec les yeux et le cœur de la foi, et ce mystère est au cœur de la vie ecclésiastique.  « L’Eucharistie fait l’Église » (CEC, § 1396).

En participant à la commémoration de la Dernière Cène, nous exprimons notre foi en Celui qui se transforme en nourriture et en boisson pour nous, nous transformant ainsi en créatures de plus en plus proches de Dieu.

Première lettre

L’Eucharistie à travers les âges

29-10-2021

Bons amis,

Nous voulons consacrer cette réflexion au “mystère » le plus précieux de la foi chrétienne, à savoir l’Eucharistie. Non, il ne s’agit pas d’un rite pieux pour quelques “mordeurs de piliers”. Dès le début du christianisme, ce “mystère” a été le cœur de chaque communauté chrétienne. Dans la société d’aujourd’hui, elle ne semble plus avoir de sens pour la vie publique. Il en a été de même au début de l’Empire romain. Les chrétiens ne se sont pas laissé dicter par un gouvernement païen s’ils devaient célébrer l’Eucharistie et de quelle manière. Ils ont organisé des célébrations dans les catacombes, dans le plus grand secret.  L’Empire romain s’est effondré, tandis que la Croix et l’Eucharistie sont restées intactes.

Au fil des siècles, l’Eucharistie a été appelée et célébrée sous les formes les plus diverses : Action de grâce, Dernière Cène, Cène du Seigneur, Fraction du pain, Saint Sacrifice, Liturgie sacrée et divine, Messe… Dans les églises romaines austères et sombres, une célébration impressionnait par sa simplicité. Dans les cathédrales et les églises baroques, les célébrations étaient entourées de la splendeur somptueuse des processions, de l’encens et des chants avec un jeu d’orgue dont les sons roulaient au plafond. Il y a plus d’un demi-siècle, alors que j’étais prêtre étudiant, j’appréciais les célébrations papales sur la place Saint-Pierre à Rome, en particulier les jours de fête. Chaque fois, c’était une splendeur incroyable de chants polyphoniques, de robes liturgiques magnifiques, de processions et d’encens, avec une dignité bénédictine. La Parole de Dieu a été chantée avec une voix claire et une mélodie impressionnante. Les rapports des camps de concentration à la fin de la guerre, lorsque les nazis ont dû relâcher leur emprise sur les prisonniers, sont peut-être les plus émouvants. Si quelqu’un avait réussi à se procurer du pain et du vin, l’Eucharistie était célébrée dans un coin caché. Un prêtre a prononcé quelques mots de l’Écriture et les prières de consécration, suivis d’un souhait de paix et de la Sainte Communion. Un rayon de lumière divine pour les prisonniers des baraquements de l’enfer.

Vers 155, le saint martyr Justinus en donne une description simple : (Au ‘jour du soleil’, le dimanche) tous les habitants se réunissent… On lit les mémoires des apôtres ou les écrits des prophètes… (puis) celui qui préside prononce une parole d’exhortation… Puis nous nous levons tous ensemble et nous disons nos prières… pour nous-mêmes et pour tous ceux qui sont ailleurs. Nous prions pour que nous soyons trouvés dignes maintenant que nous avons appris la vérité… (puis) nous nous saluons par un baiser. Puis on donne au célébrant du pain et une coupe d’eau et de vin … il rend louange et honneur au Père de tous au nom du Fils et du Saint-Esprit et il dit une longue prière d’action de grâce (grec : eucharistia) … (et) toutes les personnes présentes disent : Amen … puis … les diacres donnent à tous les présents du pain eucharistique, du vin et de l’eau. Ils l’apportent aussi à ceux qui sont absents ” (Justinus, Apologiae 1, 65).

L’Ancienne Alliance est pleine de préfigurations de l’Eucharistie. Melchisédech, un païen, offre à Abraham du pain et du vin (Genèse 14, 18-20). Il est roi de Salem, un “prince de la paix”, en référence à Jérusalem (Psaume 76,3). Il bénit mystérieusement Abraham et celui-ci lui donne 1/10e de tout. “Il (Melchisédech) ressemble au Fils de Dieu. Il reste prêtre pour toujours” (Hébreux 7,3). Une référence forte à l’Eucharistie est le sacrifice d’Abraham, qui est prêt à sacrifier ce qu’il a de plus précieux, son fils unique Isaac (Genèse 22). Finalement, son obéissance dans la foi est suffisante. Le véritable sacrifice sera Jésus, le nouvel Isaac, qui ne sera pas épargné au dernier moment. La principale représentation de l’Eucharistie dans l’Ancien Testament est l’Exode du peuple juif de l’esclavage en Égypte, avec la traversée de la mer Rouge, le voyage dans le désert et l’entrée dans la Terre promise. Le peuple est mécontent et se laisse sans cesse séduire par les difficultés et oublie sa délivrance et ses promesses. Puis on leur donne “le pain du ciel” sous la forme “d’une fine couche granuleuse” et ils demandent avec mépris “qu’est-ce que c’est ?”. (Exode 16, 15 ; hébreu : man hoe = quoi ça ?) Elle était appelée “manne”. Jésus se révèlera comme le vrai pain du ciel (Jean 6, 31 et suivants) et cela en dérangera plus d’un. L’exode d’Égypte, la traversée du désert et l’entrée en Terre promise sont aussi l’image de chaque peuple et de la vie de chaque être humain.

Le Nouveau Testament, lui aussi, se concentre entièrement sur l’Eucharistie, point culminant de la vie de Jésus, qui est décrit comme ” montant à Jérusalem ” pour accomplir le but de sa venue, le sacrifice de sa vie pour le pardon des péchés. Les mentions d’une “alimentation miraculeuse” sont une préfiguration. Matthieu, Marc et Luc racontent l’institution de l’Eucharistie et Jean, au chapitre 6, parle longuement du “pain de vie” et de la nécessité de manger le Corps de Jésus et de boire son Sang. Au lieu de l’institution de l’Eucharistie, Jean donne la description de la dernière Cène avec le lavement des pieds où Jésus s’agenouille à terre. Enfin, Paul mentionne aussi explicitement l’institution de l’Eucharistie (1 Corinthiens 11). Lorsque les agneaux pascals sont abattus le vendredi après-midi, Jésus meurt sur la croix, comme l’agneau pascal pour toujours. Avec cela, l’Eucharistie est devenue une réalité historique, qui accomplit toutes les préfigurations.  

Dans le temps de l’Église, ce sacrifice est constamment renouvelé et célébré sacramentellement sous les signes du pain et du vin. Le Sacrificateur et le sacrifice – bien que non sanglante – sont les mêmes et le prêtre agit comme “un autre Christ” et au nom de l’Eglise. Celle-ci sera célébrée en permanence jusqu’aux Noces à la fin des temps et l’accomplissement de l’aspiration à la fin de l’Apocalypse : “Viens, Seigneur Jésus“.

Au cours des siècles, la structure fondamentale de l’Eucharistie est restée inchangée avec quelques gestes et paroles : un service de la parole avec les lectures, l’homélie et les intercessions et un service de l’Eucharistie avec le pain et le vin, la consécration et la communion. Dans l’église latine, les célébrations étaient plutôt rationnelles et sobres. Dans l’Église orientale, elles étaient plus mystiques et élaborées, avec de nombreuses litanies, processions, encens et icônes. Ils considèrent ces célébrations unies à la liturgie céleste qui a commencé depuis longtemps et qui se poursuit. Cependant, il s’agit du même sacrifice de vie de Jésus-Christ pour l’expiation de tous les péchés. Ce don total de soi est aussi le cœur de toute vie humaine.

L’Eucharistie est en fait tout et tout est Eucharistie. L’Eucharistie est le cœur de l’Église et de l’humanité, de l’histoire et de l’univers. Toute l’histoire, de la création jusqu’au retour du Seigneur, est orientée vers elle.

Geef een reactie

Vul je gegevens in of klik op een icoon om in te loggen.

WordPress.com logo

Je reageert onder je WordPress.com account. Log uit /  Bijwerken )

Google photo

Je reageert onder je Google account. Log uit /  Bijwerken )

Twitter-afbeelding

Je reageert onder je Twitter account. Log uit /  Bijwerken )

Facebook foto

Je reageert onder je Facebook account. Log uit /  Bijwerken )

Verbinden met %s