Monde

Les missionnaires tués en l’an 2021

Cité du Vatican (Agence Fides) 30-12-2021

Source : http://www.fides.org/fr/news/71385-VATICAN_Les_missionnaires_tues_en_l_an_2021

Selon les données recueillies par l’Agence Fides, au cours de l’année 2021, 22 missionnaires ont été tués dans le monde : 13 prêtres, 1 religieux, 2 religieuses, 6 laïcs. Quant à la répartition continentale, le nombre le plus élevé a été enregistré en Afrique, où 11 missionnaires ont été tués (7 prêtres, 2 religieux, 2 laïcs), suivie par l’Amérique, avec 7 missionnaires tués (4 prêtres, 1 religieux, 2 laïcs) puis l’Asie, où 3 missionnaires ont été tués (1 prêtre, 2 laïcs), et l’Europe, où 1 prêtre a été tué. Ces dernières années, l’Afrique et l’Amérique se sont relayées en tête de cette liste tragique. De 2000 à 2020, selon nos données, 536 missionnaires ont été tués dans le monde.

Depuis quelque temps, la liste annuelle publiée par Fides ne concerne pas seulement les missionnaires ad gentes (1) au sens strict du terme, mais tente de recenser tous les chrétiens catholiques engagés d’une manière ou d’une autre dans une activité pastorale et qui sont morts de manière violente, non expressément “en haine de la foi”. Nous utilisons le terme “missionnaire” pour tous les baptisés, conscients que « en vertu du Baptême reçu, chaque membre du Peuple de Dieu est devenu disciple missionnaire. Chaque baptisé, quelle que soit sa fonction dans l’Eglise et le niveau d’instruction de sa foi, est un sujet actif de l’évangélisation » (2).

“ Ils ne pouvaient pas ne pas témoigner ”

Comme le montrent les quelques informations que nous avons pu rassembler sur leur biographie et les circonstances de leur mort, les missionnaires tués n’étaient pas en évidence pour des œuvres ou des engagements marquants, mais témoignaient « simplement » de leur foi dans des contextes de violence, d’inégalité sociale, d’exploitation, de dégradation morale et environnementale, où l’abus des plus forts sur les plus faibles est la règle de conduite, sans aucun respect pour la vie humaine, tout droit et toute autorité. Encore une fois, ces prêtres, ces religieux et religieuses, ces laïcs, étaient conscients de tout cela, ils étaient souvent nés sur la même terre où ils sont morts, ils n’étaient donc pas pris au dépourvu ou naïfs, mais « quand tout conseillait de se taire, de se mettre à l’abri, de ne pas professer la foi. Mais ils ne pouvaient pas, ils ne pouvaient pas ne pas témoigner. » (Pape François, Budapest, 14 septembre 2021). De l’Afrique à l’Amérique, de l’Asie à l’Europe, ils ont partagé avec les frères et sœurs qui les entourent la vie quotidienne, avec ses risques et ses peurs, ses violences et ses privations, apportant dans les petits gestes de chaque jour le témoignage chrétien comme semence d’espérance.

Des prêtres paroissiaux tués dans leurs communautés, en Afrique et en Amérique, torturés, enlevés par des criminels à la recherche d’un trésor inexistant ou attirés par le mirage de rançons faciles, ou pour faire taire les voix gênantes qui exhortent à ne pas se soumettre passivement au régime criminel ; des prêtres engagés dans le travail social, comme en Haïti, tués pour leur voler l’argent nécessaire à ces activités, ou tués par ceux qu’ils aidaient, comme en France, ou au Venezuela, où un religieux a été tué par des voleurs dans l’école même où il enseignait aux jeunes à construire un avenir. Il y a également de nombreux laïcs dont le nombre ne cesse de croître : Des catéchistes tués dans des affrontements armés avec les communautés qu’ils animaient au Sud-Soudan ; des jeunes gens tués par des tireurs d’élite alors qu’ils s’efforçaient d’apporter de l’aide aux personnes déplacées fuyant les affrontements entre l’armée et les guérillas au Myanmar ; un missionnaire laïc brutalement assassiné pour voler un téléphone portable au Pérou ; un jeune homme décédé dans un véhicule explosé par une mine en République centrafricaine; un catéchiste indigène, militant non violent des droits de l’homme, tué au Mexique. Tous “ne pouvaient pas ne pas témoigner” avec la force de leur vie donnée par amour, luttant chaque jour, pacifiquement, contre l’arrogance, la violence, la guerre.

(1) « Ad gentes » : « Aux nations ».

(2) Exhortation Apostolique EVANGELII GAUDIUM du Pape François du 20-11-2013, voir § 120. (https://www.vatican.va/content/francesco/fr/apost_exhortations/documents/papa-francesco_esortazione-ap_20131124_evangelii-gaudium.html).

Geef een reactie

Vul je gegevens in of klik op een icoon om in te loggen.

WordPress.com logo

Je reageert onder je WordPress.com account. Log uit /  Bijwerken )

Twitter-afbeelding

Je reageert onder je Twitter account. Log uit /  Bijwerken )

Facebook foto

Je reageert onder je Facebook account. Log uit /  Bijwerken )

Verbinden met %s