Professeur Jérôme Lejeune

Une voix pour les sans-voix

12-02-2021

Le 22-01-2021, Jérôme Lejeune, avec sept autres personnes, a été reconnu comme « vénérable » par le pape François, la première étape sur la voie d’une possible canonisation. En hommage à la vie et à l’œuvre d’un homme qui a mis pleinement ses capacités intellectuelles exceptionnelles au service de ses semblables – en premier lieu les plus vulnérables – nous publions ensuite deux extraits des bulletins du R.P. Daniel Maes du 29-01 et du 05-02-2021. Ils contiennent de nombreux détails qui nous donnent une bonne image de l’esprit chrétien, de l’humanité et de la conscience éthique d’un haut niveau qui caractérisaient cette grande personnalité de notre temps.

Jérôme en tant qu’étudiant, père de famille et catholique engagé

Dans la première période de la vie de Jérôme Lejeune, rien ne laisse supposer qu’il prendra autant de hauteur dans la science. Au début de ses études universitaires, il rencontre plus de difficultés que la normale, une expérience avec laquelle il encouragera plus tard ses propres étudiants. Il tombe aussi follement amoureux d’une étudiante danoise à Paris, Birthe Bringstead, à qui il veut donner toute sa vie. Elle n’a pas été immédiatement aimée par son père, parce qu’elle était luthérienne. Jérôme attachait une grande importance au jugement de son père. Mais Birthe, cependant, s’adapte avec pleine conviction à son époux et deviendra catholique. La famille avec cinq enfants devient la joie et la fierté de leurs grands-parents. Au cours de ses nombreux voyage, partout dans le monde, Jérôme ne manquera pas une soirée sans écrire un compte-rendu de la journée à sa femme. Et pour ses enfants, qui posaient des questions, il a su faire preuve de la patience et du respect nécessaires, même dans la surcharge de travail. Et si ses collègues catholiques, ne trouvaient à l’étranger jamais d’église le dimanche, Jérôme a toujours su où assister à l’Eucharistie dominicale. 

Son travail scientifique

Le feu de la foi authentique et de la vraie science s’allumera en lui pour de bon lorsqu’il découvrit le 22 mai 1958 la cause de ce qu’on appelle le “mongolisme”, Syndrome de Down, trisomie 21 (*). Malgré cette déviation de la nature il continuera à voir la grandeur et la dignité l’humaine et le défi de la vraie science. Il continue à publier une découverte après l’autre. La génétique s’est soudainement élevée à un niveau supérieur et il a découvert l’origine de plusieurs maladies liées à des anomalies chromosomiques. Il était reconnu comme le plus grand spécialiste dans cette matière. Cependant, il ne s’intéressait ni à la gloire ni à la fortune. Il y a eu des propositions pour nommer de son nom des maladies qu’il a découvertes. Il ne le voulu pas. Il n’y voit aucun avantage pour les patients eux-mêmes et pense qu’il serait préférable de les nommer par une certaine propriété de cette maladie. C’est ainsi qu’est né le nom de la maladie du “cri du chat”.

Reconnaissance scientifique et ecclésiastique

Partout dans le monde, il a reçu des invitations à des conférences scientifiques et son discours était toujours court, ferme et clair. Toutes les organisations scientifiques possibles ont voulu l’honorer ou lui donner une place d’honneur dans leur association. Il a été invité par l’ONU et par le Vatican. Il a été le premier à voyager en tant qu’envoyé du Vatican en Union soviétique, ou il a rendu visite à L. Breznev pour l’avertir des conséquences de la guerre nucléaire. Il a reçu le « Prix Président Kennedy » et a reçu le splendide uniforme d’Académicien de l’Académie des Sciences morales et politiques. Il est devenu docteur honoris causa des universités de Düsseldorf (D), Navarra (Sp), Buenos Aires (Arg) et de l’Université pontificale catholique du Chili. Il est devenu le grand ami de Jean-Paul II et le premier président de l’Académie pontificale pour la vie, ce qui lui était particulièrement cher. Lorsqu’il a appris la tentative d’assassinat contre le pape, et un premier message indiquant par erreur que Jean-Paul II était mort, Jérôme a reçu un tel choc qu’il a dû être transporté à l’hôpital pour une opération urgente. 

Le début d’un boycott scientifique

Entre temps il est bien conscient que dans le monde de la science, il y a un changement d’attitude qui favorise l’avortement, les expériences sur les embryons, l’euthanasie… En 1969, il se rend en Californie pour recevoir la plus haute reconnaissance du monde pour la génétique, le prix « William Allan Award » de l’American Society of Human Genetics. Les organisateurs, sachant qu’il est un fervent catholique, lui demandent de ne pas faire mention de sa foi catholique dans son discours. Jérôme répond qu’il dira ce qu’il pense avoir à dire. Voici quelques brides du contenu de son discours. Il plaide pour la combinaison de la moralité et de la science. La science ne peut pas exister sans moralité. Il s’oppose à l’avortement et affirme que tuer n’est pas la tâche de la médecine. Un pays qui tue ses enfants tue sa propre âme. La qualité d’une civilisation dépend de la façon dont elle prend soin de ses membres les plus vulnérables. Et à partir du moment où les 23 chromosomes du père s’unissent avec les 23 chromosomes de la mère, c’est le début de l’unique l’histoire d’un nouvel être humain. Tout est donné dès la conception. Il souligne que ce n’est rien d’autre qu’une observation scientifique.

Son clair discours a été suivi d’un silence glacial. Pas d’applaudissements, pas de félicitations, pas de poignée de main. C’est le début d’un boycott scientifique international à son encontre.

A plusieurs reprises il a été proposé comme candidat au prix Nobel de médecine, qu’il avait depuis longtemps bien mérité, mais cet honneur ne lui est plus accordé. Ce soir-là, il écrit à sa femme : “Aujourd’hui, j’ai perdu le prix Nobel“. Il aurait pu éviter de nombreuses difficultés en restant silencieux et en travaillant en silence. Cependant, il n’a pas voulu faire de compromis et est resté le défenseur de la vie et la voix des sans-voix. Les congrès scientifiques qui l’invitent à prendre la parole ne sont plus subventionnés, de sorte qu’il a été de moins en moins invité par les milieux scientifiques.

Défenseur sans compromis de la dignité de la vie humaine

Plus on l’a mis sur l’index scientifique, plus il recevait d’invitations d’autres associations qui, à une époque de confusion morale, voulaient entendre le mot d’un sage. Le 18 mars 1973, Jérôme est invité à un colloque sur l’avortement à l’ancienne abbaye de Royaumont (France). Il ne voulait pas laisser le cardinal Renard de Lyon seul. Malheureusement, ce dernier ne pouvait pas intervenir pour des raisons de santé. Jérôme était alors à ce colloque le seul qui a défendu la vie au milieu des féministes et des journalistes qui applaudissent l’avortement. Soudain, une femme du premier rang s’est levée et a déclaré : “Nous voulons détruire la civilisation judéo-chrétienne. Par conséquent, nous devons d’abord détruire la famille. Pour ce faire, nous devons l’attaquer à son point le plus faible, qui est la vie à naître. Donc, nous sommes pour l’avortement”. Les médias ont donné un compte-rendu détaillé de ce jour, mais curieusement, cette déclaration n’a pas été mentionnée. Et de l’intervention de Jérôme on a annoncé qu’elle serait publiée « plus tard ». Ce “plus tard” n’a jamais eu lieu.  

Lors d’une conférence pour l’Institut Catholique de Paris le 5 mars 1972, il y avait tant de protestations et de bruit qu’il était impossible de continuer. Jérôme a eu un coup de génie et a demandé à tous ceux qui étaient d’accord avec lui de quitter la salle. La salle s’est vidée et seuls restèrent quelques fauteurs de troubles, qui ensuite s’en allèrent eux-mêmes l’oreille basse.

Le 10 octobre 1982, il parlait dans la Notre Dame de Paris. Des militants brutaux y ont réussi à perturber le système de sonorisation à un point tel que la réparation n’était pas immédiatement possible. Jérôme a continué à parler sans micro.

En 1983, il a été expulsé de son propre centre de recherche par une loi qui n’a été faite que pour lui. En 1984, il a été également privé de toutes les subventions de recherche. Néanmoins, il a recommencé. Il aurait pu obtenir sa propre chaise en Amérique avec son propre laboratoire et, de plus, gagner bien d’avantage d’argent, mais il voulait rester en France et avec ses 4000 patients.

Un sage avec de l’expertise et un message d’espoir

Alors que les portes étaient fermées par le monde scientifique et l’État, d’autres portes ont été ouvertes par des amis et des institutions privées. Universités, lycées, des cours de justice, des parlements, des synodes d’évêques… l’invitent, pas tellement comme un expert exceptionnel dans le domaine de la génétique, mais comme un sage, comme un homme avec une vision, un scientifique avec une conscience, un catholique convaincu avec un message d’espoir pour les gens.

Jérôme Lejeune était fan de l’histoire des trois mages de Noël qui ont découvert l’étoile et l’ont suivie jusqu’à ce qu’ils puissent s’agenouiller devant l’Enfant dans la crèche. Ils ont compris qu’Hérode voulait tuer l’Enfant Jésus et sont revenus par “une autre voie“. Notre époque, à cause aussi de la découverte du mongolisme, veut tuer d’innombrables enfants dans le ventre de leur mère. Jérôme a choisi une autre voie selon la parole de Jésus : ” Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il se renie lui-même et prenne sa croix ” (Marc 8, 34). 

(*) Ndlr.   Il l’a découvert en collaboration avec Marthe Gauthier et Raymond Turpin. A propos de la polémique idéologiquement orchestrée (un demi-siècle plus tard) au sujet du rôle de Marthe Gautier dans la découverte de la trisomie 21, on trouve des informations détaillées dans : https://www.fondationlejeune.org/tag/marthe-gautier/ .

Quelques références :

– Aude DUGAST, Jérôme Lejeune. La liberté du savant, Artège, 2019. L’auteur est la postulatrice. 

https://www.lesalonbeige.fr/le-professeur-jerome-lejeune-declare-venerable-par-leglise/ 

– La figure du professeur Jérôme Lejeune, un grand savant chrétien. Avec Véronique Jacquier, Aymeric Pourbaix, Aude Dugast, postulatrice, Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Lejeune et Mayté Varaut : https://www.lesalonbeige.fr/le-professeur-jerome-lejeune-au-menu-den-quete-desprit/ 

Geef een reactie

Vul je gegevens in of klik op een icoon om in te loggen.

WordPress.com logo

Je reageert onder je WordPress.com account. Log uit /  Bijwerken )

Google photo

Je reageert onder je Google account. Log uit /  Bijwerken )

Twitter-afbeelding

Je reageert onder je Twitter account. Log uit /  Bijwerken )

Facebook foto

Je reageert onder je Facebook account. Log uit /  Bijwerken )

Verbinden met %s