Témoignage d’un ex-transgenre

08-04-2021

Le texte suivant est un court résumé de l’article Bravo to the Truth: What’s Wrong with Transgender Ideology – Public Discourse (thepublicdiscourse.com) écrit par Walt Heyer. Walt Heyer est un homme qui a vécu comme une femme pendant 8 ans, mais qui a finalement commencé à s’identifier à nouveau comme un homme. Il a son propre site web.  Les ministères de Walt Heyer | Repenser le transgenre .

De nos jours la norme dominante pour être une « vraie » femme trans ou un homme trans est simplement que l’on veut s’identifier comme appartenant au sexe opposé, différent donc du sexe biologique. Lorsque quelqu’un estime que son sexe biologique ne correspond pas à son « sentiment de genre », cela est décrit comme la dysphorie de genre. Il n’y a pas de tests qui peuvent démontrer que quelqu’un est vraiment transgenre. Il n’existe pas non plus de normes légalement établies à cet égard. Être transgenre est basé uniquement sur les sentiments. Le diagnostic est posé sur la base de l’ « auto-identification » de la personne concernée. En fait, n’importe qui peut maintenant prétendre être un homme ou une femme trans. D’autre part, le changement de sexe lui-même est un processus très invasif avec un traitement hormonal et une opération de changement de sexe. Mais les sentiments peuvent changer, même s’ils peuvent parfois être très forts. Par conséquent, les sentiments ne constituent pas une bonne base pour un diagnostic qui conduit à des traitements irréversibles.

Parfois, une comparaison est faite avec ce qu’on appelle l’intersexualité. Toutefois, ceci est autre chose. L’intersexualité peut être déterminée biologiquement, mais être transgenre pas. Les personnes qui s’identifient comme transgenres ont généralement une anatomie masculine ou féminine typique.

En cas de changement de sexe, on recherche un thérapeute professionnel et après un certain nombre de séances le diagnostic de dysphorie de genre est fait. Toutefois, lorsqu’un thérapeute est trouvé grâce à des contacts dans la communauté transgenre, ce thérapeute ne sera pas si neutre et plus enclin à recommander le changement de sexe.  L’évaluation devrait également examiner les liens possibles avec des problèmes sexuels tels que l’abus et la dépendance au porno, et des problèmes mentaux tels que le narcissisme, l’autisme et le trouble bipolaire.

Il existe des lignes directrices pour guider les personnes atteintes de dysphorie de genre. À l’heure actuelle, cependant, elles visent presque principalement à confirmer l’identité transgenre déclarée et on n’est pas obligé de les respecter.

Les personnes impliquées regrettent parfois plus tard leur changement de sexe et le nombre de tentatives de suicide est élevé – avant et après le changement de sexe. Cependant, ceux qui reviennent au sexe inné après un changement de sexe, comme dans le cas de Walt Heyer, est étiqueté par les militants transgenres comme un faux transgenre. Ils sont perçus comme une menace pour le mouvement transgenre, qui cherche surtout à confirmer l’identité transgenre.

Ndlr : Il a été annoncé hier que l’État américain de l’Arkansas interdit toutes les opérations et traitements des résidents transgenres mineurs. Une législation similaire est à l’étude dans au moins 20 autres États. Cela semble indiquer une vigilance croissante aux aspects problématiques de cette pratique désormais établie et courante.
Dans un document daté du 10-06-2019, la Congrégation pour l’enseignement catholique s’est clairement prononcée contre l’idée qu’un être humain puisse déterminer son sexe. En fait, c’est aussi la réalité biologique, parce que les femmes transgenres ne peuvent par exemple pas menstruer ou tomber enceintes, et les hommes transgenres ne produisent pas de sperme. Malgré toutes les bonnes intentions thérapeutiques et disculpations néo-théologiques, cela reste un déni par l’automutilation de l’ordre de création recherché par Dieu, dans lequel la reproduction humaine à travers les deux sexes joue un rôle essentiel. Les déconnexions mentales ainsi créées ont des conséquences profondes (sociales, familiales, religieuses, psychologiques…), auxquelles les générations futures devront de plus en plus faire face.

Geef een reactie

Vul je gegevens in of klik op een icoon om in te loggen.

WordPress.com logo

Je reageert onder je WordPress.com account. Log uit /  Bijwerken )

Google photo

Je reageert onder je Google account. Log uit /  Bijwerken )

Twitter-afbeelding

Je reageert onder je Twitter account. Log uit /  Bijwerken )

Facebook foto

Je reageert onder je Facebook account. Log uit /  Bijwerken )

Verbinden met %s