La soupe théologique servie à nos professeurs de religion

Interview par Thomas de Roger Burggraeve, Ilse Cornu et Thomas Knieps-Port le Roi sur le Responsum

Thomas est le site leader pour les professeurs de religion du Réseau flamand de l’enseignement catholique, dirigé par le Prof. Dr. Didier Pollefeyt. Lui et les personnes interrogées ont des postes importants à la Faculté de théologie et d’études religieuses de la KU Leuven. La première instance est en quelque sorte un « spin-off » ou une voix de la seconde et cette interview est donc offerte comme un soutien de base aux enseignants de l’éducation catholique. Le texte intégral peut être lu en néerlandais à l’adresse suivante :

https://www.kuleuven.be/thomas/page/standpunt-vaticaan-homoseksualiteit/

28-10-2021

Dans ces réponses théologiques on rencontre pas mal de mélanges de sens. Il s’agit d’une approche méthodique fréquemment utilisée dans la théologie contemporaine pour conformer l’enseignement catholique à la « pensée contemporaine », ou à ce qui est propagé en tant que tel. Les nouveaux points de vue sont présentés comme « hautement scientifiques » alors qu’ils sont imprégnés de subjectivité. L’interprétation chrétienne du concept de « loi naturelle » est rejetée comme démodée et remplacée par une vision moderniste de l’homme, présentée comme « personnalisme ».

En cela, il y a encore peu ou pas de place pour les dimensions purement spirituelles de l’homme, tandis que la morale évangélique doit céder la place aux priorités presque inquisitoires d’un “amour” avec des significations mondaines flexibles. On choisit le sens le plus approprié pour soutenir la position proposée. Même les sciences naturelles sont violées, car l’expérience de la sexualité humaine est présentée comme pratiquement statique, alors que cela est scientifiquement très discutable.

De plus, la dimension spirituelle, qui fait que l’homme s’élève au-dessus de ses instincts animaux et de ses désirs sexuels à la lumière du plan de salut de Dieu et de notre destinée ultime, est presque complètement ignorée. L’excuse pour cela sont les « nouvelles connaissances scientifiques », comme si la morale catholique pouvait ou devait être basée sur cela et non sur ce que Dieu nous prescrit à partir de Son plan pour l’homme. « Par-dessus tout, aimer un Dieu » devient dans la nouvelle théologie « avant tout aimer l’homme » (comme il préfère être).  L’accent est davantage mis sur les « valeurs » utilitaires, telles que l’expérience personnelle du plaisir, basée sur de « nouvelles   connaissances scientifiques », pour remplacer l’enseignement de l’Église apostolique qui est de facto rejeté comme dépassé.

On aboutit ainsi à une déconnexion radicale entre le sens naturel de la sexualité (c’est-à-dire assurer une reproduction durable) et son expérience, comparable à la propagande pour un régime qui se concentre sur nos préférences gustatives, sans tenir compte des conséquences sur la santé.  À cette fin, tous les registres de la pensée moderniste sophistiquée sont utilisés et le résultat est un fourre-tout duquel chacun prend ce qu’il veut, en suivant sa propre « conscience bien formée ». Il n’est pas étonnant que les pays européens où ce modernisme s’est implanté soient les seuls où le catholicisme est en déclin dans tous les domaines (voir le rapport de l’agence missionnaire Fides qui a été distribué le 24-10-2021). Qui, après tout, s’intéresse encore à cette soupe théologique contaminée ?

En revanche, je voudrais faire référence, entre autres, à l’article nuancé et équilibré du Fr. René Stockman à ce sujet : voir https://forumcatholicum.com/rome-2/10/ .

Examinons de plus près quelques passages de cette interview. Les réponses de l’équipe théologique sont indiquées en italique (traduction propre).

Depuis le Concile Vatican II (1962-1965) une attention beaucoup plus grande a été accordée aux relations durables, pour l’amour dans une alliance et donc pour la qualité d’être ensemble comme une « valeur intrinsèque ». Il n’est donc pas acceptable que l’amour entre deux hommes ou deux femmes qui prennent bien soin l’un de l’autre, qui sont fidèles et aimants, qui veulent vivre ensemble dans la réciprocité et la durabilité et élèvent souvent aussi des enfants, soit objectivement appelé désordonné.

La valeur de l’amour entre l’homme et la femme est déjà chantée dans les temps bibliques et e.a. dans les lettres de saint Paul, on peut lire comment l’Église a souligné encore plus fortement l’importance d’elle dès le début. Le Concile n’a pas changé cela, mais l’a développé davantage. Le responsum ne porte pas de jugement sur l’élément de « vrai amour » dans n’importe quelle relation, mais réitère simplement la position biblique et catholique continue selon laquelle les actes homosexuels sont désordonnés et pécheurs. Ici, par conséquent, deux concepts sont délibérément confondus, comme si les actes homosexuels étaient par définition ou principalement des expressions d’amour, plutôt que la satisfaction d’un désir physique.

Selon le responsum, les formes de relation non homosexuelles à proximité du mariage (par exemple, les cohabitants non mariés ou les personnes qui vivent avec un nouveau partenaire ou se marient civilement après un divorce) ne peuvent pas être bénies. Cependant, l’exhortation post-synodale Amoris Laetitia (2016) a initié –prudemment mais sans équivoque – une approche différente et examine les aspects qualitatifs dans les formes de relations non conjugales.

Aucun organisme ecclésiastique n’a jamais prétendu qu’il ne peut y avoir d’aspects qualitatifs dans des relations qui ne sont pas acceptées par l’Église. Il n’y a rien de tel dans aucun catéchisme. Cependant, le fait qu’il y ait une appréciation pour cela et qu’elle soit exprimée dans Amoris Laetitia ne signifie pas une « légitimation » de relations qui contredisent l’enseignement de l’Église. Pourquoi devrait-elle « bénir » des conditions qui ne sont pas conformes aux idéaux et aux préceptes qu’elle doit enseigner, à la demande de son Fondateur, comme l’indissolubilité du mariage chrétien ?  Y a-t-il peut-être des exemples d’associations qui décernent des prix à des personnes qui délibérément ne suivent pas leurs règles de base ? Est-ce qu’un tel geste ne donnerait pas lieu à jeter ces règles par-dessus bord ?

Le responsum fait la distinction entre les personnes et leur relation ; les personnes homosexuelles individuelles peuvent être bénies, leur relation amoureuse ne le peut pas. Mais si l’homme – non seulement de l’expérience et des sciences humaines, mais aussi de la vision biblique-chrétienne de l’homme, de la théologie chrétienne, de l’éthique, de la spiritualité et de la liturgie – est considéré comme un être fondamentalement relationnel, alors notre vie relationnelle appartient par définition aussi à l’essence de ce que nous sommes en tant que personne. Cette compréhension est d’ailleurs au cœur de la vision intégrale-personnaliste de l’homme. Faire une déclaration sur les relations est donc toujours aussi une déclaration sur l’essence des gens.

Ici, cette tentative frénétique de ridiculiser le responsum commence à prendre des dimensions absurdes. On ne peut donc plus distinguer l’homme de sa vie relationnelle, sous peine de remettre en cause un certain discours personnaliste. Par conséquent, nous devons supposer que si A et B ont une relation, cette relation appartient « à leur essence ». Logiquement, il ne reste plus grand-chose de A et B s’ils ne sont pas dans une relation, ou si leur relation est rompue. Cela signifie également que « l’essence » de quelqu’un qui a dit adieu à un premier mariage a été irrévocablement endommagée, et que les personnes ayant des relations successives ont des « essences » successives. Un langage ‘personnaliste’ fort, avec des conséquences de grande portée et contradictoires.

Cette Église doit non seulement être éthiquement proche, mais aussi avec grâce et guérison. Nous ne lisons pas cela dans le responsum et c’est une occasion manquée. Le responsum se cache derrière une certaine interprétation de l’enseignement de l’Église pour « s’asseoir sur le siège de Moïse » et « appliquer les lois morales, comme s’il s’agissait de pierres à jeter sur les gens » (AL 305).

Que signifie « l’Église doit être éthiquement proche » ? Selon la logique utilisée ici, cela signifierait que l’Église devrait adapter sa moralité à la pratique locale ou temporaire, sinon elle ne pourrait pas être « proche ». Si elle ne le fait pas, mais proclame simplement la morale chrétienne (sans l’imposer), alors, selon ces théologiens, elle « prend place sur le siège de Moïse ». Où se tenait ce siège dans le désert du Sinaï ? Moïse n’a pas proclamé ses propres inventions, mais les lois qu’il a reçues de Dieu lui-même. Elles ne sont pas du tout destinées à jeter des pierres sur les gens, mais à construire une société juste, avec des principes moraux sains, perfectionnés par le Christ et proclamés par l’Église. Si l’on ne les accepte plus, alors on fait face à un conflit religieux, mais ce n’est pas une raison pour jeter de la « boue théologique » sur un corps ecclésiastique qui confirme simplement ce que l’Église enseigne depuis 2000 ans.   

L’Église nie donc à ces relations « tout bien » et « tout bonheur » et même l’amour de Dieu en soi. Ou comme Ignace Verhack le formule avec justesse dans Tertio (24-03-2021, n° 1.102): « l’Église catholique romaine nie à l’expérience d’amour physique des non-hétérosexuels toute légitimité objective, religieuse et maintenant aussi liturgique ». Les couples homosexuels fidèles veulent vivre pleinement leur relation sous la bénédiction de Dieu, mais ils sont retenus en cela. Être béni, c’est plus que d’être reconnu. Cela signifie être explicitement inclus dans l’événement divin. De cela, les gens reçoivent également la force de l’abandon, de l’engagement et de la croissance. De cette façon ils peuvent ainsi incarner l’événement divin à leur manière, en puissance et en vulnérabilité.

Le discours théologique passe ici à une vitesse supérieure. On débite des arguments chargés d’émotion, dans lequel peut-être même des chefs de secte qui veulent inviter leurs adeptes à une « union corporelle divine » peuvent trouver l’inspiration. La plupart des gens ne se soucient pas du tout de savoir s’ils incarnent « l’événement divin » dans leurs expériences sexuelles. Après tout, il s’agit avant tout d’une expérience biologique, à partir de laquelle idéalement les deux partenaires tirent un plaisir généré par des hormones, accompagné d’un haut degré d’amour mutuel. Ce sont des questions intimes qui peuvent difficilement être utilisées comme arguments pour réclamer une bénédiction officielle et encore moins pour éroder la doctrine du mariage de l’Église. On peut essayer de donner une interprétation religieuse à cela, mais elle doit être correcte, c’est-à-dire qu’il doit être démontré que ces actions sont conformes à la volonté de Dieu. Selon la Bible et l’Église, ce n’est le cas que s’ils font partie du plan de Dieu pour la création, dont la création et la reproduction de l’homme conscient de Dieu sont l’aboutissement. Les exigences biologiques fondamentales sont ici la dualité complémentaire et l’union physique ouverte à la fécondité. Les actes homosexuels ne correspondent pas à ce plan. (Cf. https://forumcatholicum.com/de-crisis-van-het-huwelijk/ ).

Le responsum dit que l’Église n’a pas le pouvoir de bénir les relations homosexuelles. Cette impossibilité est légitimée par la loi naturelle. Ceci, à son tour, est fondé sur une lecture particulière des deux histoires de la création. Mais en plus et après les histoires de la création, d’autres approches théologiques, liturgiques, éthiques, spirituelles et relationnelles du mariage et de la sexualité sont possibles, par exemple à partir de l’idée d’alliance, du Saint-Esprit, de l’eschatologie.

L’équipe de théologiens semble être lancée et passe même à une vitesse encore supérieure. Dans le même souffle, presque toute la doctrine chrétienne est invoquée, jusqu’à et y compris le Saint-Esprit (qui doit généralement attendre dans un coin théologique de l’oubli en position « stand-by » jusqu’à ce qu’il soit activé pour effrayer les croyants « arriérés » d’un péché contre Lui). Ils ne se rendent pas compte qu’avec de tels arguments d’autorité, ils se rendent complètement incroyables, puisque tout le monde sait que la doctrine chrétienne a toujours proclamé le contraire. Eschatologiquement, le raisonnement est complètement erroné, car les relations sexuelles appartiennent à notre existence (et non à « notre essence ») terrestre et, comme Jésus nous l’a enseigné, elles n’existeront plus dans l’au-delà (puisqu’il n’y a plus de mort et que la procréation est terminée).  (Mt 22 : 30, Mc 12 : 25, Lc 20 : 35).

Le responsum prend la place de Dieu. Il semble que les auteurs du texte sachent exactement ce que Dieu a pensé et planifié. C’est pourquoi il dit que l’Église ne peut pas bénir les couples homosexuels. Il s’agit d’une forme de contournement spirituel : certains concepts religieux, théologiques, spirituels et bibliques sont utilisés pour ne pas aborder certaines questions plus profondes. Il semble que le responsum oublie qu’en plus de la Bible et de la Tradition, les humanités et les expériences qui sont testées et développées par la raison, sont parmi les sources fondamentales de la moralité, du jugement du comportement moral et jouent un rôle irremplaçable à cet égard.

Le niveau de culpabilisation est encore augmenté.  De la chaise de Moïse, le responsum est catapulté à la « place de Dieu ». Par-dessus tout, les auteurs du responsum doivent apprendre à écouter ce que les théologiens mondains ont à dire sur les « questions plus profondes ».  Selon ces derniers, l’Église ne peut parler avec une autorité suffisante qu’après les avoir consultés, même lorsqu’il s’agit de doctrines qui remontent inchangées aux prophètes bibliques. Les humanités, l’expérience et la raison sont sorties du chapeau théologique et évoquées pour montrer, avec l’approbation d’un ‘Saint-Esprit’ universitaire, que tous ces prophètes, patriarches, chefs d’église, etc., se sont complètement trompés pendant au moins trois mille ans.

Nous ne dépendons pas uniquement de la Révélation qui nous vient d’en haut et de l’extérieur pour découvrir ce qui est humain dans les relations, la sexualité et l’amour. Si l’Église ne prend pas au sérieux les idées des sciences humaines et l’expérience toujours continue de l’homme (individuellement et collectivement), elle risque que la vérité – dont elle croit avoir le monopole depuis le XIXe siècle – bascule en « contrevérité ». Alors le vieux supranaturalisme entre à nouveau en jeu. Cela montrerait alors clairement qu’il y a certaines réalités – dans ce cas, les relations homosexuelles – avec lesquelles Dieu n’a rien à voir ou ne veut rien avoir. Mais les chrétiens cherchent Dieu et l’expérimentent à partir de leur croyance en l’incarnation et d’une vision positive de la sexualité et de l’amour dans tous les aspects de leur vie. Aucune dimension de notre existence n’est fondamentalement séparée de Dieu et donc exclue de la bénédiction.

Nous voyons ici comment la soupe théologique servie est de plus en plus complétée par des éléments non religieux, jusqu’à ce qu’ils prennent le relais. Avec « ce qui est humain dans les relations, etc. » on peut bien sûr partir dans toutes les sens et ‘humaniser’ jusqu’aux crimes les plus graves. Si l’Église doit se sentir obligée d’accepter sans critique tout ce qui est écrit et revendiqué dans le domaine de la sexologie, alors il vaudrait mieux qu’elle ferme ses portes ou se transforme en une énième ONG. Selon ces théologiens, « depuis le XIXe siècle, elle croit avoir le monopole de la vérité ». Cependant, pour autant que l’on le suppose habituellement, elle a toujours fait cela dans le domaine religieux, comme toutes les autres religions, d’ailleurs. Après tout, elle n’est pas un rassemblement de chercheurs de vérité, mais de disciples de l’homme-Dieu qui a incarné la Vérité et a donné sa vie pour elle. En outre, si l’on applique systématiquement le raisonnement selon lequel « aucune dimension de notre existence n’est fondamentalement séparée de Dieu », alors nous devons également inclure, par exemple, les actes pédophiles, incestueux, polyamoureux et ainsi de suite. Pour les personnes impliquées, ils sont également une « dimension humaine de leur existence » et entrent donc en ligne de compte pour une bénédiction de l’Église.

C’est là que la vieille doctrine revient au premier plan : la sexualité, même dans le mariage, est à nouveau légitimée à partir de la procréation, au lieu de reconnaître la valeur et la dignité propres de la sexualité pour et à partir de l’alliance… Amoris Laetitia (2016) – certainement au chapitre 4 – est cependant complètement sur la ligne conciliaire pour aborder les relations amoureuses principalement de l’intérieur et donc se concentrer sur le désir des personnes d’interagir et de vivre ensemble fidèlement, réciproquement, de manière indissociable et durable… De plus, Amoris Laetitia ne parle plus de péché dans le cadre de relations hétérosexuelles non conjugales dans lesquelles les partenaires veulent faire un choix radical l’un pour l’autre… Pour de nombreux théologiens occidentaux, il est clair que cette approche s’applique également aux relations homosexuelles, même si Amoris Laetitia lui-même ne fait pas explicitement ce lien. Au contraire. Le numéro 251 cite une position de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi de 2003, à savoir qu’il n’y a pas d’analogie entre les relations homosexuelles et le mariage entre un homme et une femme… Cette déclaration fait beaucoup d’injustice à l’expérience de tant de couples homosexuels fidèles. Ne pas voir d’analogie entre leur amour et celui des couples hétérosexuels est très différent de dire que nous ne devrions pas assimiler pleinement les relations homosexuelles, comme le cite Amoris Laetitia au numéro 52.

Est-il vrai qu’une « alliance » donne automatiquement de la dignité aux actes sexuels qui l’accompagnent ? Dieu a-t-il quelque chose à voir avec cette alliance particulière, et où ou quand s’est-Il prononcé à ce sujet ? Si Amoris Laetitia ne parle plus explicitement de « péché » lorsqu’il parle de relations non conjugales, leur caractère pécheur a-t-il été aboli ? Ce qui s’applique aux relations hétérosexuelles devrait-il également s’appliquer aux relations homosexuelles ? La non-analogie entre les relations homosexuelles et le mariage est-elle seulement « une position de la Congrégation pour la doctrine de la foi de 2003 » ? Ce point de vue signifie-t-il qu’il ne peut y avoir d’analogie entre l’amour des couples homosexuels et hétérosexuels ? Sur quelle logique repose cette conclusion ?

Le Pape lui-même prend-il une voie différente de celle du responsum ? Le 21 octobre 2020, Francesco a été présenté en avant-première au Festival du film de Rome… François s’y prononce en faveur d’un contrat de cohabitation civile des couples. Néanmoins, nous ne devrions pas attacher une grande valeur doctrinale à ces déclarations personnelles. Sur ce plan, le Pape fait des démarches très lentement, très prudemment et avec beaucoup d’hésitation.

Quelle valeur doctrinale plus ou moins grande peut avoir l’acceptation de l’arrangement social ou politique des unions homosexuelles ? Allons-nous aussi tirer des conclusions doctrinales de la reconnaissance étatique de mosquées ou de communautés religieuses ? À tort et à travers, ce pape est rallié à la cause de l’establishment progressiste, par des conclusions extravagantes de certaines de ses déclarations.

Sachez que la conscience personnelle a la plus haute autorité si elle est éclairée, formée et dialogique (voir Amoris Laetitia 303).  Le 24 mars 2021, … le Pape a rappelé aux éthiciens catholiques, aux confesseurs et aux missionnaires que la raison prime sur l’autorité et la réalité vécue des personnes concrètes sur les principes théoriques. Nous en concluons que le pape François ne veut pas revenir à la vérité éternelle et immuable de la doctrine, mais qu’il prône une ouverture dans l’Église. Ce faisant, il est très prudent et hésitant, … Il n’est pas inconcevable qu’il veuille éviter un schisme où les archi-conservateurs suivent leur propre voie et tournent le dos à l’Église du XXIe siècle. Bien sûr, il y a alors un risque que les croyants progressistes abandonnent et vivent ainsi dans un schisme anonyme. En même temps, le Pape veut probablement prendre en compte les différentes cultures et continents où l’homosexualité est encore un tabou. Surtout en Afrique, l’hétérosexualité est si profondément enracinée dans la tradition et la culture qu’il ne peut être question de relations homosexuelles.

Seule la dernière phrase montre un sens réfléchi de la réalité. La première phrase ne se trouve pas du tout dans Amoris Laetitia (cf. https://www.vatican.va/content/francesco/fr/apost_exhortations/documents/papa-francesco_esortazione-ap_20160319_amoris-laetitia.html  , no 303.). Que la raison et les réalités vécues puissent (parfois, mais pas nécessairement) prendre le pas sur les arguments d’autorité et les principes théoriques ne sera pas nié ici. Mais pour en déduire que le Pape s’est éloigné de la « vérité immuable de la doctrine », il faut faire appel à une logique théologique inaccessible au commun des mortels. Ces personnes interrogées ne sont pas assises sur la chaise de Moïse, mais sur celle de Pierre, pour rendre public ce qu’ils pensent que le Pape pense mais ne dit pas.

Derniers Commentaires

Avec cette argumentation, ces théologiens bien connus ignorent le fait que la légitimation des unions homosexuelles se fait au détriment de la dignité du mariage chrétien. Cependant, ils ne savent que trop bien que leurs propositions conduisent automatiquement à l’égalisation de toutes les formes modernes de cohabitation. Certains prêtres modernistes vont même jusqu’à louer ouvertement cet objectif dans leurs sermons (propre expérience). À long terme, cela signifie abandonner le sens fondamental du mariage religieux, ce qui à son tour s’inscrit dans le démantèlement voulu de « l’institution ecclésiastique ». Un château de cartes de théologie moral, présenté comme reposant sur des principes scientifiques et supra-dogmatiques, est ainsi enseigné à nos jeunes de l’école catholique.

Le respect de la personne homophile ne signifie pas que nous ne devrions pas oser faire face aux aspects négatifs de l’homosexualité. Ils sont notamment de nature médicale (taux élevés de MST), sociale (perturbation du tissu social fondée sur la parenté génétique), psychologique (taux élevés de dépression et de suicide), relationnelle (perturbation des attentes sexuelles) et culturelle (voir par exemple la remarque sur l’Afrique). Ne serait-il pas également bon que les groupes de réflexion modernistes examinent scientifiquement si l’homosexualité n’est pas un ‘événement terrestre’ aux causes très variables, dans laquelle le comportement de proches ou d’ancêtres joue un rôle important ?

Malgré toutes les belles phrases théologiques, cette interview donne une image réaliste de ce qui se prépare dans l’Église languissante d’Europe occidentale, démantelée et vendue par des théologiens et des clercs progressistes. Ici est montré le schisme sous-cutané déclenché par cette élite intellectuelle.  Tôt ou tard, cet abcès risque d’éclater, une catastrophe pour le christianisme d’Europe occidentale, y compris Rome. Prions pour que l’implosion qui en résulte ne détruise pas d’autres parties de l’Église universelle. Pour le moment, le « parcours synodal » récemment entamé sert de palliatif…

IVH

Één reactie op “La soupe théologique servie à nos professeurs de religion”

Geef een reactie

Vul je gegevens in of klik op een icoon om in te loggen.

WordPress.com logo

Je reageert onder je WordPress.com account. Log uit /  Bijwerken )

Google photo

Je reageert onder je Google account. Log uit /  Bijwerken )

Twitter-afbeelding

Je reageert onder je Twitter account. Log uit /  Bijwerken )

Facebook foto

Je reageert onder je Facebook account. Log uit /  Bijwerken )

Verbinden met %s