Jean-Paul II le Grand

AVANT-PROPOS

Après la mort du pape Jean-Paul II, le samedi 2 avril 2005, une foule immense s’est rapidement rassemblée sur la place Saint-Pierre et dans les rues de Rome. « Santo subito » a été entendu scander, « Immédiatement saint ». Pour beaucoup de ceux qui avaient suivi ce pape pendant les 27 années de son Ministère de Pierre, il était clair qu’il avait vraiment vécu une vie sainte, inspirée par une foi profonde et animée par une servitude héroïque. Par conséquent, leur souhait était que l’Église l’inclue dans le canon (liste) des Saints dès que possible. Ce sont les défunts, dont l’Église déclare solennellement que leurs âmes ont été incluses dans le royaume céleste de Dieu en raison de leur vie chrétienne exemplaire. Dès lors, les croyants catholiques peuvent officiellement les adorer comme saints et prier pour eux, comme leurs intercesseurs auprès de Dieu, pour l’exaucement de leurs prières. Une canonisation nécessite une procédure lourde en plusieurs étapes, qui peut traîner pendant de nombreuses années. En outre, au moins deux guérisons spontanées et médicalement inexplicables, qui ont eu lieu après l’invocation du saint candidat, doivent être constatées, examinées et reconnues comme miraculeuses par l’Église.

La procédure de canonisation de Jean-Paul II s’est déroulée en un temps record. Le 27 avril 2014, un peu plus de neuf ans après sa mort, lui et Jean XXIII, l’initiateur du Deuxième Concile Vatican, ont été canonisés par le pape François. Sa fête tombe le 22 octobre, jour où il a pris ses fonctions de pape en 1978. Beaucoup de livres peuvent être écrits sur sa vie riche. Entre autres choses, une pièce de théâtre flamande et une comédie musicale italienne lui sont déjà dédiées (1). Le Père Daniel Maes, Prémontré de l’abbaye de Postel, décrit ci-après à grands traits le parcours de vie et les réalisations de cette personnalité exceptionnelle, qui a inspiré tant de gens dans le monde entier. Il a mis sa vie pleinement au service de son Église bien-aimée et l’a conduite dans le XXIe siècle avec sagesse et prévoyance.

« Aux grandes portes battent les grand vents », certainement dans les développements idéologiques orageux de notre temps. Il est donc facile de charger ce leader phénoménal avec des critiques bon marché et de la calomnie. Lui-même préférait montrer la bonne voie que de perdre son temps à critiquer les autres. Pardonnant, il rendit visite dans sa cellule à l’homme qui avait voulu le tuer. Humblement, il a demandé pardon pour les erreurs de l’Église envers le peuple juif. Il a accordé une attention particulière aux jeunes et à leurs nombreuses questions. Pour sa rectitude morale, son engagement en faveur de la paix, de la vérité, de la justice et du respect de l’origine culturelle de chacun, ainsi que pour ses réalisations intellectuelles, religieuses et éducatives, il mérite à juste titre le surnom de “Le Grand”.

—————————————————————————-

23-08-2011 (Traduction de l’original Néerlandais)

CHAPITRE  1

Jean-Paul II peut nous inspirer et nous encourager de plusieurs façons. Je voudrais le montrer brièvement en quelques articles et je voudrais aussi souligner quelques qualités remarquables de sa vie.

Ce pape a réussi à interpeller largement la conscience humaine. Les médias ont voulu nous faire croire, pendant tout son pontificat, que ses convictions et ses aspirations étaient dépassées en comparaison avec celles de nombreux de théologiens occidentaux. Nos médias ne semblent connaître que deux points de vue : le conservatisme et le progressisme. Celui qui fait de la propagande pour la contraception, l’usage de condoms, l’homosexualité et l’accès des femmes à la prêtrise est élevé vers les hauteurs du paradis progressif. Par contre, celui qui refuse toute collaboration à cela est d’office jeté dans les abîmes du conservatisme, dont il pourra difficilement se relever. Entre ces deux voies, il ne semble exister rien de valable.

Combien la vision du monde en dehors de notre petit pays était différente, cela est devenu clair lors des obsèques du pape le 8 avril 2005. La foule présente, hétéroclite était venue du monde entier : riches et pauvres, jeunes et vieillards, bouddhistes, hindous, musulmans, juifs et chrétiens de toutes les églises. De hauts représentants de l’Islam levaient la tête vers la croix et écoutaient les Saintes Ecritures, données par Dieu au peuple juif, pour le monde entier. Les Grands de cette terre, chefs de gouvernement, présidents, chefs d’état, se donnaient la main, bien que certains de leurs pays se considéraient comme adversaires, voire comme ennemis. Et il y avait cette foule. Ils étaient des millions à prier, chanter et pleurer sur la Place St. Pierre ou dans la ville de Rome, où partout il y avaient nombre de grands écrans vidéo autours desquels les foules s’étaient rassemblées. Et qui peut dire le nombre de personnes qui suivaient les obsèques à la télé à la maison ? La cérémonie fut transmise “non-stop“ partout, même dans le monde Arabe. Ces funérailles peuvent être considérées comme une vraie révélation de la foi chrétienne et de l’Eglise universelle au monde entier.

Naturellement, Jean-Paul II était un homme d’une sensibilité sociale unique et remarquable, un père pour les pauvres et les oppressés, un acteur important sur le plan de la paix à travers le dialogue, un ami pour tous les peuples et pour toute l’humanité.  Etait-il seulement un combattant social ? Oui, il l’était tout autant un bon acteur et un défenseur de la culture Polonaise. Quel était son secret ? Une “star“ originale au firmament du showbiz ? Non, naturellement. En cet homme était présent le feu de la foi chrétienne et la lumière de l’Eglise Catholique (dans le sens universel), qui devenaient visibles en lui de façon unique. Là est la source de laquelle jaillissait la rivière.

La passion de Jean-Paul II ne peut être située que dans sa foi vigoureuse en Jésus-Christ, en son amour pour l’Eglise. Cette foi était biblique, nourrie par les Pères de l’Eglise et les grands mystiques. C’est ainsi qu’il avait entamé, dès le début, le développement de sa propre petite “Summa Theologica” (2), une théologie de la Sainte Trinité, origine et but de tout. Avec une simplicité enfantine, il se consacra à Marie : “Totus tuus” (Tout à vous). Nous développerons ceci dans une suite au présent article.

(1) Ndlr. La pièce ” Santo Subito” est de l’écrivain flamand Wolfgang Meister.  La comédie musicale italienne s’appelle en anglais “Karol Wojtyła, The True Story”. La première a eu lieu à Cracovie, en Pologne, le 2 avril 2014, à sa date de décès et juste avant sa canonisation.

(2) Cette œuvre, la plus célèbre de Thomas d’Aquino (1225-1274), est également appelée « Summa Theologiae ». Il s’agit d’un recueil des idées théologiques alors existantes et est l’une des œuvres les plus influentes de la littérature.

Geef een reactie

Vul je gegevens in of klik op een icoon om in te loggen.

WordPress.com logo

Je reageert onder je WordPress.com account. Log uit /  Bijwerken )

Google photo

Je reageert onder je Google account. Log uit /  Bijwerken )

Twitter-afbeelding

Je reageert onder je Twitter account. Log uit /  Bijwerken )

Facebook foto

Je reageert onder je Facebook account. Log uit /  Bijwerken )

Verbinden met %s